LA CRYOLIPOLYSE : UNE NOUVELLE TECHNIQUE POUR TRAITER LA CELLULITE

Publié le par Christyn

LA CRYOLIPOLYSE : UNE NOUVELLE TECHNIQUE POUR TRAITER LA CELLULITE

Je vous ai parlé dans un de mes articles précédents de la Cellu M6 qui est une technologie innovante permettant de lutter contre les zones graisseuses récalcitrantes et dont je suis fan.

Aujourd'hui, je voudrais mettre en avant une nouvelle technique qui est la cryolipolyse. Elle est apparue dernièrement en France et permet de lutter contre la cellulite.

Petite histoire : elle est née d'une curieuse observation effectuée aux États-Unis : les enfants obèses, addicts aux bâtonnets glacés avaient l'intérieur des joues creux. Une étude a montré que le tissu adipeux soumis au grand froid sécrète une enzyme qui le détruit. D'où la mise au point d'une machine capable de refroidir uniquement les bourrelets concernés sans les brûler.

 

En quoi consiste la cryolipolyse ?

Cette méthode permet de détruire les zones graisseuses par le froid. En une séance, voire deux, elle promet de faire fondre les bourrelets localisés, résistants et disgracieux. Avec un résultat durable. Attention, elle n’est valable que sur la cellulite due à un excès de graisse. La cryolipolyse ne permet pas de perdre du poids, mais juste de supprimer nos horribles bourrelets qui nous obsèdent chaque jour et nous empêchent de porter le sublime bikini qui nous attend au fond d’un tiroir.

Il s’agit d’une technologie basée sur le constat que les cellules graisseuses (adipocytes) sont sensibles au froid : cryolipolyse veut dire littéralement destruction de la graisse par le froid. Elle s’effectue grâce à un appareil appelé CoolSculpting, mis au point par une société américaine (Zeltiq).

 

Comment ça se passe ?

Une première consultation permet de poser le diagnostic, de voir si c’est réalisable ou pas, en évaluant la zone à traiter. Un devis est ensuite remis à la patiente.

Le jour J, le médecin prend des photos, pèse la personne (en sous-vêtements) et prend des mesures avec un mètre ruban. Ce qui permettra ensuite de comparer les résultats.

Puis vous vous allonger. Le spécialiste étend sur la zone à traiter un gel protecteur et applique ensuite une ventouse qui aspire le bourrelet. Pas de piqûre, ni d’anesthésie. Du froid à 2°C est projeté, froid qui descend graduellement en dessous de zéro et va détruire progressivement les cellules adipeuses. La machine travaille seule, le médecin (ou son assistante) surveille régulièrement que tout se passe bien. La patiente garde une sonnette à portée de main.

Pendant les premières minutes, il y a un pincement désagréable, puis le froid s’installe et on ne sent plus rien, car la zone est anesthésiée. Ce n’est pas vraiment douloureux à proprement parlé mais une sensation de traction se fait donc ressentir pendant quelques minutes. A chaque aspiration, il est moins aisé de respirer pendant un très court laps de temps.

L'aspiration dure une heure pour une seule zone, le ventre par ex et deux pour les poignées d’amour. Au total, environ un tiers des cellules graisseuses seraient définitivement détruites. Quand le praticien libère la partie traitée, celle-ci est complètement congelée et dure, il masse alors les tissus pendant quelques minutes et tout redevienne normal. Vous repartez immédiatement.

 

Est-ce douloureux ?

Il n’y a quasiment aucune douleur sur les poignées d’amour, les hanches et les plis du dos, par contre elle peut être réelle quand il s’agit du ventre, au-dessus comme au-dessous du nombril. Des antalgiques peuvent alors être prescrits pour soulager la patiente. Dans certains cas quelques rougeurs et/ou gonflements peuvent apparaître mais sans conséquence. Aucun hématome. On reprend aussitôt une vie normale.

De petits effets secondaires peuvent apparaître la première semaine. Il s'agit principalement d'une moindre sensibilité de la peau. Il peut également y avoir un aspect un peu dur de la zone traitée, des douleurs peu importantes : crampes, courbatures, démangeaisons et grattages très supportables qui durent une quinzaine de jours. Extrêmement rarement, quelques cas de nécroses. Ce qui explique que la technique doit être effectuée par un médecin formé.

Et après le traitement ?

Les résultats ne sont pas immédiats", confie le Dr Laurence Netter "ils commencent à se voir à la fin du premier mois quand l'apoptose, c'est-à-dire le non renouvellement cellulaire, a eu lieu. Et cela va se poursuivre sur deux mois".

Mais ce n'est réellement qu'au bout de trois mois que l'on constatera définitivement le résultat de l'amincissement. On a une perte de volume entre 25 et 40 %.

Dans certains cas, une deuxième séance peut s'avérer nécessaire, il faut en discuter avec le médecin.

Les patients doivent revenir en consultation pour une visite de contrôle.

 

A qui s'adresse la cryolipolyse ?

Cette technique s’adresse à celles et à ceux qui ont un excès de gras très localisé. Un bourrelet gênant sur le ventre, ou deux de chaque côté du dos, ou des poignées d’amour sur les hanches, ou trop de gras à l’intérieur des cuisses.

Le diagnostic doit être bien posée : il est nécessaire que le bourrelet isolé soit très visible et que la peau soit bien élastique, sinon les résultats sont décevants.

Quand on est ronde de partout, mieux vaut se tourner vers une autre technique.

 

La technique est-elle sûre ?

Des études et des tests avant de lancer cette méthode montrent la fiabilité de cette méthode.

« La cryolipolyse permet de combiner un froid intense et prolongé en n’atteignant que les adipocytes, donc sans léser les autres tissus comme les muscles, les nerfs ou les vaisseaux sanguins. Et sans brûler la peau », explique Jean-Thomas François-Saint-Cyr, responsable du Cool-Sculpting en France.

Seuls les médecins sont habilités à la pratiquer. Soit un chirurgien, soit un dermatologue, soit un médecin esthétique.

 

Quels sont les résultats ?

Comme je vous l'indiquais, il y a de très bons résultats, visibles entre 1 et 3 mois.

En général, une séance d'une heure pour un unique bourrelet, une séance de deux heures pour les poignées d’amour ou les bourrelets du dos qui vont par paire, ou encore pour l’intérieur des cuisses.

Le Cool-Sculpting est une technique considérée comme définitive. Le bourrelet supprimé ne peut se reformer qu’en cas de reprise de poids conséquente.

La cryolipolyse peut compléter la chrono nutrition (ou tout autre régime) à la suite de la perte de poids afin de gommer définitivement les dernières zones récalcitrantes de cellulite.

 

A quel tarif ?

C'est le sujet délicat car la cryolipolyse n'est pas à portée de toutes les bourses. Néanmoins, les séances étant unique ou par deux, si vous envisagez de traiter une seul zone, cela permet d'envisager tout de même de passer le pas. En cas de traitement de plusieurs zones, la facture s'alourdira considérablement.

Il faut compter de 400 € à 700 €, selon les praticiens, pour le traitement d'une zone et pour une séance uniquement, à multiplier par deux pour les deux côtés.

Le docteur Julien Carré, qui pratique le CoolSculpting en France depuis maintenant trois ans et qui a traité plus de deux cents cas, témoigne de son expérience : « Cette destruction des excès de graisse non chirurgicale, sans éviction sociale ni risque d'anesthésie, assure 90 % de satisfaction, avec des résultats plus ou moins spectaculaires selon les patients. Le ventre et les poignées d'amour sont les zones où la méthode est le plus efficace, car la graisse, plus souple et peu fibreuse, se laisse bien pincer dans l'applicateur. Si les effets dépendent peu du geste, des indications bien ciblées sont capitales. Si on cherche à resculpter la silhouette, il faut envisager un plan de traitement de plusieurs séances sur différentes zones. »

Pourquoi pas la cryolipolyse ? il est vrai que le prix pour une séance d'une heure peut être rébarbatif et faire réfléchir à deux fois. Mais c'est aussi une option alternative à la liposuccion qui s'avère tout de même un acte chirurgical important, pour un tarif plus élevé et qui a pour conclusion un même résultat définitif.

A bientôt

Carpe Diem

 

 

 

Publié dans Healthy body

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article