LE GRIGNOTAGE : LE SYNDROME DU RATON LAVEUR

Publié le par Christyn

LE GRIGNOTAGE : LE SYNDROME DU RATON LAVEUR

 

Qui d’entre nous n’a jamais été confronté à une petite envie de grignoter en milieu de matinée ou d’après-midi ?

 

Malheureusement, c’est la pire manière de s’alimenter ! Elle est basée sur un réflexe de compensation, comme peut l’être la cigarette. On se tournera alors vers le gras, le salé ou le sucré voire le très gras, le très salé et le très sucré pour nous apporter réconfort et apaisement.

 

On appelle le grignotage : le syndrome du raton laveur.

 

Pourquoi ?

Très gourmand, le raton laveur est perpétuellement occupé à laver ses aliments tout en grignotant à longueur de journée. Comme les personnes qui s’adonnent au grignotage et sont persuadées qu’elles ne consomment finalement presque rien.

Comment expliquer ce syndrome :

Il s'explique par l’absence de repas « réels » (petit déjeuner, déjeuner, goûter, dîner). Ce phénomène est plus fréquent qu’on ne le pense.

 

1/ Il peut prendre sa source dans un flot d’occupations diverses au cours desquelles les « Je n’ai pas le temps et je n’ai pas faim » donnent prétexte à se nourrir par petites bouchées toute la journée.

 

2/ Il peut également trouver son origine dans un comportement alimentaire défaillant : une carence, une alimentation trop stricte, trop déséquilibrée, de mauvaises habitudes alimentaires dès la petite enfance ou un besoin lénifiant à un stress, souci ou tout sentiment négatif.

 

3/ Il peut aussi s’agir d’un sentiment d’insatisfaction profond souvent lié à l’enfance. Le grignotage amène à une consolation compensatrice de la tétée, de la sucette, du biberon, du sein de la mère.

Les personnes souffrant de ce symptôme ne peuvent plus se passer de glisser des aliments dans leur bouche, parfois n’importe lesquels, le mouvement de déglutition étant le facteur déclencheur du plaisir. Malgré cela, elles sont convaincues de manger beaucoup moins qu’une personne s’alimentant normalement et même une patiente sous régime.

Conséquence du grignotage :

Il faut savoir que les quantités ingérées sont suffisamment petites et séparées pour ne pas déclencher le salvateur mécanisme de satiété.

La conséquence première de l’absorption quasi-automatique de quantités fractionnées au cours de la journée entraîne une prise de poids régulière et importante. Cette prise de poids génère, elle-même, des facteurs à risques pour votre organisme.

 

Comment y remédier :

1/ Il faut veiller à lutter contre ce comportement dès la petite enfance en ne donnant pas de manière récurrente d’aliments consolations ni d’aliments plaisirs.

 

2/ Consommer 3/4 repas structurés par jour : petit-déjeuner, déjeuner, goûter et diner si besoin est.

Le déjeuner est souvent le repas le plus difficile à faire accepter aux grignoteurs. Rester à table et manger suffisamment de viande relève de l’exploit. La quantité à ingurgiter leur parait astronomique alors que leurs grignotages continuels dépassent de manière spectaculaire la ration de nourriture consommée.

Ne négligez pas le goûter, véritable coupe-faim, c’est le moment « plaisir » de la journée.

 

3/ Prenez votre temps ! Un repas trop vite avalé ne vous rassasiera pas. Le délai pour que le cerveau ait perçu la sensation de satiété est de 20 minutes. Donc il faut bien mastiquer. Manger assis, si possible dans le calme.

 

4/ Buvez entre les repas : eau, infusion, thé.

 

5/ Occupez votre esprit ! Faites du sport régulièrement. Lisez un bon bouquin. Mettez-vous à la poterie ou inscrivez-vous au club de yoga de votre quartier.

Plus votre cerveau sera concentré sur des tâches diverses, moins il sera tenté par le réfrigérateur.

 

6/ Ayez un sommeil réparateur et de qualité. (Voir mon article sur ce sujet)

Un manque de sommeil entraîne une production accrue de l’hormone ghréline qui stimule l’appétit et engendrerait une diminution de la production de leptine qui est l’hormone de la satiété.

De nombreuses questions ont été posées sur ce sujet. J'espère avoir apporter des réponses claires et concrètes.

 

Halte aux grignotages intempestifs ! Un petit plaisir de temps en temps ne fait de mal à personne, encore faut-il qu’il reste occasionnel.

 

A bientôt

 

Carpe Diem

Publié dans La Chrono nutrition

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article