LA CHRONO NUTRITION ET L’APPETIT

Publié le par Christyn

LA CHRONO NUTRITION ET L’APPETIT

 

Comme je vous l’indiquais dans mon article précédent, en chrono nutrition il y a deux principes fondamentaux : L’INSTINCT et L’APPETIT.

Nous avons vu l’instinct, voyons aujourd’hui l’appétit.

 

Petit rappel :

La chrono nutrition (ou alimentation naturelle) donne priorité à l’instinct, ce qui exclut à priori toute anomalie, qu’elle soit volontaire ou non, de notre schéma nutritionnel quotidien.

Elle tient compte de l’appétit de chaque individu.

Enfin, elle s’évalue en qualité et en quantité des aliments à des moments précis de la journée. Celles-ci dépendent aussi de plusieurs paramètres dont principalement la morphologie, l’activité, le milieu de vie et l’organisation quotidienne.

 

Avec la chrono nutrition, la notion d’appétit n’a plus le même sens car c’est l’organisme lui-même qui va éliminer ce qu’il y a en trop, c’est ce que lui permet la chrono nutrition, par son principe de rééquilibre alimentaire. Ce n’est donc plus le thérapeute qui dirige la baisse des apports caloriques en imposant un régime drastique et inapproprié.

Pour cela, il y a deux règles bien définies :

 

1-/ La liberté d’augmenter les trois aliments phares : le fromage du petit déjeuner, la viande du déjeuner et le poisson ou les fruits de mer du dîner.

 

2-/ La liberté de supprimer le repas du soir et le goûter si l’on n’a pas faim. Avec dans ce cas, la possibilité de manger le lendemain midi :

  • En premier du poisson

  • En deuxième de la viande (même quantité que le poisson)

  • En dernier des féculents ou des légumes

Attention : bien se référer aux quantités correspondant à sa morphologie.

 

Nota : Dès les premières semaines de démarrage de la chrono nutrition, il est fréquent, dans le cas de surcharges importantes, de voir disparaître l’appétit du soir.

 

Au retour de l’équilibre métabolique du corps (qui n’a rien à voir avec l’équilibre en matière de poids ou de volume), permettant d’une part le stockage dans les bonnes quantités des éléments naturels et innés de l’organisme et d’autre part l’élimination du superflu, on verra réapparaître l’appétit pour le goûter en fin d’après-midi et le dîner en soirée. Ce qui sera d’ailleurs le signe que votre corps a effectué son retour à l’équilibre.

 

La notion d’appétit est souvent négligée par la diététique. Cette dernière dédaigne l’importance et l’intérêt qu’elle représente dans la bonne gestion des apports alimentaires quotidiens. D’autant plus que cette notion d’appétit est relativement subtile puisqu’elle peut-être de deux natures : qualitative et/ou quantitative.

A-/ L’APPETIT QUALITATIF :

 

C’est l’appétit déclenché par des carences en vitamines et/ou sels minéraux et autres oligoéléments. Ce phénomène est lié à :

 

  • Une alimentation trop simple, ne comportant pas ou peu ou plus assez de variété et de fantaisie dans les plats, notamment dans les apports de végétaux et surtout de sauces, épices et condiments.

  • Et/ou une mauvaise proportion dans le plat entre les apports protéiniques animales et les apports en végétaux.

     

Voilà pourquoi on peut très bien avoir encore envie de manger peu de temps après un plat pourtant largement suffisant, en termes de quantité, pour calmer notre appétit.

Ce qui explique aussi pourquoi beaucoup sont incapables de se limiter à un seul plat et ont, de plus, absolument besoin de compléter « le salé » d’un dessert sucré. Avec, au mieux à plus ou moins brève échéance, des problèmes à maîtriser leurs poids et leurs formes. Au pire l’apparition de cholestérol et/ou de diabète.

 

Notez que la qualité en chrono nutrition se traduit par la composition et la nature des aliments, faisant intervenir la notion de mariage équilibré entre protides, lipides et glucides dont l’infinie variété va permettre d’établir la sensation de goût… ou de dégoût ! Sans oublier le plaisir !

Ce sont les changements d’activité dans la journée qui devraient d’instinct varier ces mariages. C’est là que malheureusement, dans la société moderne, les obligations sociales et professionnelles s’opposent à ce ressenti instinctif et induisent des erreurs nutritionnelles plus ou moins importantes.

 

B-/ L’APPETIT QUANTITATIF :

 

En chrono nutrition, on parle d’appétit quantitatif quand celui-ci est considérablement augmenté par l’absorption de certains aliments ou au contraire diminué par certains autres.

 

Dans le premier cas, l’appétit sera calmé rapidement par l’absorption de sucres rapides, mais réapparaîtra tout aussi rapidement ensuite. Il sera calmé un peu plus longtemps par l’absorption exagérée de sucres lents, mais réapparaîtra, là aussi, plus tard de façon plus intense.

 

Rien de mystérieux là-dedans. L’excitation rapide du pancréas par les sucres rapides et le travail considérable que celui-ci devra effectuer pour éliminer les sucres lents provoqueront en effet à plus ou moins brève échéance des hypoglycémies réflexes qu’il faudra recommencer à calmer en mangeant.

 

Dans le deuxième cas, l’appétit sera diminué par l’absorption de protéines lourdes notamment celles contenues dans les viandes rouges. Je vous rappelle qu'une quantité précise quotidienne est établie selon les critères de la chrono nutrition et doit être respectée.

Cependant cette quantité doit, comme la qualité, correspondre très précisément à l’activité de la journée. Il faut donc qu’elle augmente en fonction de l’énergie dépensée, mais, surtout, qu’elle soit prise en compte avant l’effort et au cours de celui-ci, mais jamais après.

 

Par exemple : Si vous vous préparez à une activité sportive intense par exemple, la quantité et la qualité doivent être réajustées à vos besoins du moment.

 

Egalement, pour une même activité, elle va dépendre de multiples paramètres suivant la morphologie de l’individu et le milieu dans lequel il vit.

 

Bientôt les beaux jours  ! on va sortir de nos placards, petites robes légères et autres shorts. Alors après l’hiver, boostez-vous !

 

A bientôt

 

Carpe Diem

Publié dans La Chrono nutrition

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article