Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le journal au Féminin Présent

Vies de filles : Healthy life & Beauty.

DE LA CHRONO-BIOLOGIE A LA CHRONO-NUTRITION

DE LA CHRONO-BIOLOGIE A LA CHRONO-NUTRITION

Coucou les Filles,

 

 

Certain(e)s aimeraient que j’apporte quelques éclaircissements concernant la méthode « chrono nutrition ». Pourquoi est-elle en adéquation avec notre organisme ? Pourquoi est-elle une extension de la chrono biologie ? Quels principes fondamentaux liés à l’être humain respecte-elle ?

 

J’ai donc décidé de faire un point explicatif sur les bases de la chrono nutrition et ses applications au quotidien.

 

 

1-/ RETROUVER LES RYTHMES NATURELS DU CORPS :

 

Pour parvenir à équilibrer son alimentation au cours de la journée, il suffit de suivre les rythmes naturels du corps. Dans notre société moderne où la consommation surabondante et dérèglée nous tend les bras, ce simple précepte devient difficile à mettre en œuvre si nous en avons oublié le principe.

 

La chrono nutrition est l’application à l’être humain moderne des critères de nutrition millénaires que la civilisation lui a fait perdre. En cela, elle s’adapte très précisément à la chrono biologie du corps.

 

L’être humain primitif était carnivore-frugivore et suivait comme tous les autres mammifères, un schéma alimentaire journalier et saisonnier permettant sa survie.

 

Retrouver ce schéma n’a rien de difficile : il suffit de se pencher sur les ouvrages de zoologie (ben oui !) où l’on qualifie d’instinct animal ce qui n’est, en fait, que la programmation voulue par la nature.

 

Un animal carnivore-frugivore va manger inéluctablement :

  • Gras le matin
  • Dense le midi
  • Sucré l’après-midi

Il en va donc de même pour notre « homme des caverne » qui suivait scrupuleusement, parce qu’instinctivement, cette méthode alimentaire.

 

Si l’on se réfère aux études paléontologiques, il apparaît que l’être humain primitif, régi par ses pulsions instinctives, suivait pour se nourrir une immuable chronologie quotidienne de la nutrition.

 

Omnivore, cet être primitif était chasseur et cueilleur, conditionné pour :

  • Boire au lever,
  • Chasser et tuer sa proie,
  • Manger toujours en premier les organes riches en graisse (foie, cerveau) et en sucres lents (entrailles remplies de végétaux prédigérés) s’il s’agissait d’herbivores,
  • Laisser ensuite la proie se ressuyer (sécher) à l’air, au vent et au soleil, puis manger les muscles riches en protéines,
  • Enfin, à la réapparition de l’appétit dans la journée, cueillir fruits, graines ou racines suivant les saisons et l’environnement.

 

En résumé, notre « homme des caverne » suivait scrupuleusement, parce qu’instinctivement, cette méthode alimentaire essentielle à son bien-être et à sa santé.

Je vous l’accorde, pour nous autres humains d’une civilisation moderne et dite évoluée, ce que je viens de vous décrire n’est pas très ragoutant. Mais c’était ainsi !

DE LA CHRONO-BIOLOGIE A LA CHRONO-NUTRITION

2-/ CHANGEMENT DE MODE DE VIE, CHANGEMENT DE MODE D’ALIMENTATION :

 

Au cours des millénaires, ce schéma alimentaire naturel simple, s’est progressivement modifié et surtout, compliqué, car nous sommes passés de l’être primitif à l’homo-sapiens actuel dont les habitudes de vie ont considérablement évolué, dans le sens notamment d’une activité prolongée et plus intense, justifiant l’apparition d’un repas du soir et la modification du repas de l’après-midi.

 

La longévité de l’être humain s’est aussi fort accrue au cours des siècles malgré une augmentation notable de son activité quotidienne.

 

En fait, l’amélioration considérable de nos conditions de vie ne nécessite plus d’aussi grosses dépenses d’énergie pour lutter contre le froid, la chaleur et tous les aléas d’un environnement terriblement hostile, mais cette énergie sera dépensée quotidiennement dans des activités plus longues et tout aussi stressantes.

 

Pour assurer une bonne stabilité à son organisme, l’homme moderne va donc manger :

  • Gras au lever,
  • Dense dans les 4 à 6 heures qui suivent,
  • Sucré au retour de l’appétit
  • Léger avant d’aller dormir.

 

Les résultats des premières recherches faites par le Dr DELABOS n’incluait pas le goûter. Pourquoi ? parce que ce repas est exclu du quotidien de la plupart des adultes.

Cependant, il manquait à son programme un apport en sucres rapides et en gras végétaux, impossible à placer sans risque en accompagnement d’un repas riche en lipides.

 

Il s’est alors aperçu que le comportement de nombreuses personnes de tous âges en fin d’après-midi révélait des grignotages, attribués à la fatigue, ou tout simplement au besoin de faire une pause, et lui a donné la clé du problème.

 

En effet, les nouvelles avancées en chrono biologie nous ont permis de découvrir qu’au moins 4 à 6 heures après le repas de midi (idéalement 5 heures), quelle que soit son heure, il se produit un pic de cortisol dans le sang. Celui-ci induit une sécrétion d’insuline, génératrice d’une hypoglycémie provoquant à son tour un besoin de sucre.

 

La solution lui parut alors évidente : mettre à cet instant des sucres rapides et leur adjoindre des gras végétaux. Il a donc intercalé entre midi et soir, un goûter de fruits et de gras végétaux que, très judicieusement les parents donnent à leurs enfants, mais que les adultes négligent trop souvent pour eux-mêmes.

 

Il s’est également souvenu que nos ancêtres primitifs se nourrissaient de fruits et végétaux à ce moment de la journée.

 

Le repas du soir, léger, s’ajoute à ce rythme naturel pour tenir compte d’un allongement parfois important du temps quotidien d’activité que comporte maintenant notre vie et complète ainsi, par obligation de modernisme, le rythme nutritionnel primitif.

 

Je vous rappelle donc la composition des repas qui se fera ainsi :

 

  • PETIT DEJEUNER :
  • Fromage
  • Pain
  • Beurre ou huile d’olive

Auxquels on pourra, dans certains cas, ajouter des œufs et de la charcuterie.

 

  • DEJEUNER :
  • Viande
  • Féculents (ou légumes verts dans certains cas)

 

  • GOUTER :
  • Gras végétaux (oléagineux riches en acides gras)
  • Fruits et dérivés sucrés

 

  • DINER :
  • Poisson ou fruits de mer ou un peu de viande blanche
  • Légumes verts.

 

Nous l’avons déjà vu précédemment. Je vous conseille de vous référer à mes articles précédents.

DE LA CHRONO-BIOLOGIE A LA CHRONO-NUTRITION

3-/ LA CHRONO BIOLOGIE DE L’ETRE HUMAIN D’AUJOURD’HUI :

 

La chrono biologie se réfère aux sécrétions enzymatiques et hormonales de l’organisme humain dont les variations ou les apparitions sont inéluctablement réglées par des stimuli horaires d’activités, de lumière, de nuit ou de sommeil, de froid ou de chaud, de faim ou de satiété.

 

Les scientifiques ont ainsi déterminé avec précision certains stimuli fondamentaux chez l’être humain : lever du soleil, coucher du soleil, fatigue, soif, faim et, récemment, des stimuli liés à la mise en route ou à la fin d’activité des différents organes digestifs.

 

A chaque stimulus correspond le déclenchement des sécrétions enzymatiques en parfaite harmonie avec les besoins énergétiques et caloriques de l’être humain qui, eux-mêmes, correspondent aux besoins de fonctionnement de son organisme, selon le schéma suivant :

 

 

  1. LE MATIN :
  • Forte sécrétion de lipases (enzyme qui sert à la digestion, elle est sécrétée par le pancréas et a pour rôle de briser les molécules de graisses en une forme plus absorbable) afin de métaboliser (transformer par notre métabolisme) les graisses qui seront utilisées pendant la nuit suivante pour la fabrication des parois cellulaires.
  • Sécrétion des protéases (enzyme responsable de la digestion des protéines) pour métaboliser les protéines qui ont permis, également pendant le sommeil (de la nuit précédente), le processus de fabrication des contenus cellulaires.
     
  • Ces deux sécrétions étant précédées par une sécrétion de cortisol (voir mon article à ce sujet) puis d’insuline (hormone sécrétée par le pancréas qui permet au glucose/sucre d’entrer dans les cellules du corps) permettant à la fin du sommeil la mise en route de l’utilisation des sucres lents afin d’assurer progressivement les transferts et, surtout, de permettre dès le réveil l’apport d’énergie nécessaire au travail de tous les organes en activité et ce, pour toute la journée.
     
     
  1. A MIDI :
  • Sécrétion de protéases et des amylases (enzyme digestive qui permet la digestion de l’amidon et des sucres lents, elle est présente dans la salive et le pancréas), pour assurer l’assimilation des aliments.
  • Commencement du processus de mise en place des protéines cellulaires par transfert progressif ver les cellules des éléments métabolisés.
     
  • Stockage des réserves protéiniques et des globulines de défense, dans le sang, les espaces intracellulaires et le foie.
     
     
  1. L’APRES-MIDI :

Apparition d’un petit pic de cortisol provoquant une sécrétion d’insuline nécessitant l’ingestion de sucres rapides et semi rapides pour éviter le déstockage des protéines et compenser la fatigue liée au fonctionnement des organes.

  

  1. LE SOIR :

                Il n’y a pratiquement plus de sécrétions digestives, ce qui ralentit considérablement l’assimilation des aliments. Et comme l’organisme attaque sa période de restructuration cellulaire (souvenez-vous : on grandit la nuit !), il ne sera plus en mesure de métaboliser des apports nutritionnels trop importants aussi bien en qualité qu’en quantité. Conséquence fâcheuse pour la silhouette : ce qu’on ne métabolise pas va être stocké !

4-/ SE FIER A SON INSTINCT :

 

J’ai fait dernièrement un article que j’ai appelé : la chrono nutrition et l’instinct. Vous pouvez le consulter pour plus de détail.

 

Toutefois, petit rappel qui ne fait jamais de mal ! Il existe donc un réflexe pavlovien (ou effet conditionné) de sécrétion donnant à penser que, selon le moment de l’activité quotidienne, la faim ne déclenche pas les mêmes sécrétions, l’organisme n’ayant pas les mêmes besoins suivant le moment de la journée. Cela signifie donc que, à tel moment de son activité, l’être humain a besoin de telle nourriture et sécrète l’enzyme correspondante pour l’utiliser.

 

La civilisation ayant étouffé notre instinct et fait passer l’envie avant le besoin, l’agréable avant le nécessaire, les sécrétions physiologiques ne correspondent plus obligatoirement aux besoins de notre organisme et donc à l’aliment ingéré. Celui-ci ne peut pas être utilisé par notre corps qui n’en a pas besoin à ce moment-là et est donc inutilement stocké.

 

La réorganisation alimentaire par la chrono nutrition apparaît sans contestation possible le plus sûr moyen de retrouver son équilibre physique et psychique sans risque, puisqu’elle est l’expression logique de la chrono biologie nutritionnelle de l’être humain.

 

Cependant, la complexité des modes d’existence et d’activité de chacun dans la société actuelle rend la tâche du thérapeute délicate. Pour chaque sujet, sur un canevas (la chrono biologie) identique pour tous, viennent se greffer mille et une façons d’équilibrer son corps sans risquer de dérégler son esprit.

 

Une fois accompli le travail souvent délicat et parfois difficile de réorganisation alimentaire, il ne restera plus ensuite qu’à assurer le gestion permanente de cette chrono nutrition. On fera appel à un spécialiste qui établira une évaluation morphologique en traçant le morphotype initial puis les morphotypes successifs, au fur et à mesure de l’évolution de votre silhouette et de votre poids.

 

En effet, la comparaison des morphotypes successifs ôte pratiquement toute source d’erreurs de la part du chrono expert et permet en même temps à celui-ci de déceler tout dérapage alimentaire, même soigneusement caché par la personne qu’il suit.

Voilà pourquoi, cette évaluation morphologique, facile à exécuter à condition de bien respecter le protocole, est l’examen clinique de référence de la chrono nutrition.

 

5-/ LA CONFIRMATION SCIENTIFIQUE :

 

On peut être septique quant à la chrono nutrition et ses effets bénéfiques sur la silhouette et la santé. Cependant des études scientifiques ont confirmé ses bienfaits.

 

Depuis 1987, Le Dr DELABOS était cliniquement convaincu de la nécessité d’une rééducation alimentaire naturelle, et les résultats de ses principes d’application en pratique nutritionnelle lui ont apporté la confirmation de son efficacité. Il lui fallait encore trouver une validation scientifique de faits cliniques incontestables.

 

En 1994, il rencontre le Professeur Jean-Robert RAPIN. Cette rencontre lui a permis de découvrir la convergence entre ses observations cliniques et les nombreux travaux scientifiques du professeur RAPIN dont les conclusions de ses travaux l’avaient amené à introduire la notion de chrono biologie dans le domaine de la nutrition. Celle-ci correspondait presque en miroir à la chronologie nutritionnelle résultant des propres réflexions du Dr DELABOS… Il avait trouvé le comment et le Pr RAPIN le pourquoi !

 

Les travaux du Pr RAPIN ayant validé les conclusions du Dr DELABOS, il lui fallait achever le travail en apportant un schéma d’alimentation pouvant s’adapter utilement à toutes les circonstances et tous les aléas de la vie quotidienne. La chrono nutrition était née !!

  

 

Voilà, les filles ! L’article est complet, un peu scientifique je vous l’accorde mais il était impossible d’expliquer la genèse de la chrono nutrition en omettant de faire référence aux hormones, aux enzymes et au métabolisme qui sont à l’origine des travaux du Dr DELABOS et par conséquence, de la création de la chrono nutrition. Vous l’avez compris, cette méthode de rééquilibre alimentaire se base uniquement sur le fonctionnement naturel de notre organisme.

 

A bientôt

 

Carpe Diem

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Christyn

Healthy life & Beauty. Conseils en chrono nutrition et morphotypes. Pour retrouver, sublimer et conserver une silhouette de rêve : rééquilibrer votre alimentation. Les tendances, le shopping, la beauté, les petites trouvailles "coups de coeur".
Voir le profil de Christyn sur le portail Overblog

Commenter cet article