DES VETEMENTS FABRIQUES A PARTIR D’ORTIES

Publié le par Christyn

DES VETEMENTS FABRIQUES A PARTIR D’ORTIES
DES VETEMENTS FABRIQUES A PARTIR D’ORTIES
DES VETEMENTS FABRIQUES A PARTIR D’ORTIES

 

Voilà un procédé révolutionnaire qui peut nous paraître loufoque de prime à bord, mais qui est bien décidé à se faire remarquer.

 

Une entreprise de textile alsacienne, Velcorex-Matières Françaises, entend secouer les acquis de l’industrie en mettant sur le marché un tissu 100 % orties. Il semblerait que la « mauvaise herbe » soit une plante d’avenir ! Peu d’eau, aucun pesticide, pas d’entretien, ses fibres constituent une matière à la fois solide et écologique !

 

Le groupe alsacien croit fort en son potentiel pour se faire une place au soleil, puisqu’il a proposé son tissu de luxe (velours, soie…) à des marques prestigieuses comme Agnès. B, Hugo Boss, Armani ou encore Max Mara.

Velcorex-Matières Françaises voit son avenir en rose ! En cela, cette entreprise atypique lance sa propre marque de vêtements et investit sur des matières écologiques.

DES VETEMENTS FABRIQUES A PARTIR D’ORTIES

Velcorex-Matières Françaises veut proposer une alternative au coton, matière basique qui a envahi le marché depuis plusieurs années maintenant, mais qui est une très grande consommatrice d’eau. En effet, la plupart des gens ne se doutent pas que pour faire un jean en coton, il faut entre 5 000 et 10 000 litres d’eau !!

De plus, selon les spécialistes, entre 30 et 50 % des pesticides utilisés sur la planète, le sont pour la culture du coton. Il existe pourtant de nombreux textiles « naturels » et écologiques, qui sont connus comme le lin ou le chanvre.

 

L’entreprise française veut donc se positionner sur le marché des textiles naturels en proposant un pantalon 100 % ortie. L’idée peut paraître folle mais ce serait oublier les nombreuses qualités de cette plante !

Tissu fibres d'orties

Tissu fibres d'orties

Ce groupe Made in France n’est pas le premier à explorer cette filière puisqu’en Italie, la marque Salvatore Ferragamo propose une robe avec un tissu à base de fibres d’agrumes récupérées dans des usines.

En 2014, Pharell Williams avait fait le buzz avec sa collection capsule de jeans « RAW for the Oceans » disponible chez G-Star RAW fabriqué avec des matières recyclées provenant des océans.

Il faut toutefois reconnaître que cette approche écologique du tissu, même si elle prend de l’ampleur, reste encore limité. 

 

L’ortie est présente dans nos vies depuis l’Antiquité. On la connaît pour ses vertus médicinales, notamment diurétiques, antirhumatismales. De plus, elle est riche en fer et en vitamines A et C. Nos aïeuls l’utilisaient aussi en cuisine et la consommaient sous forme de soupe.

 

Lorsque la plante grandit, de vraies branches apparaissent. Ce sont celles-ci qui sont utilisées pour tisser des toiles, comme le chanvre, car elles sont riches en fibres. Ce qui n’était pas utilisé dans le tissage servait de fourrage aux animaux.

Cette pratique est plusieurs fois millénaire puisque, lors de la découverte de la dépouille de la momie Ötzi, vieille de 5 000 ans, retrouvée en 1991 dans les Alpes sur la frontière Italo-Suisse, celle-ci tenait un poignard en silex avec un fourreau confectionné en fibres d’ortie.

 

Petit à petit au XIXème siècle, l’ortie et ses vertus disparaissent. On délaisse les plantes médicinales pour la médecine scientifique.

 

Aujourd’hui, l’entreprise alsacienne remet au goût du jour, l’ortie et ses bienfaits et relance donc la filière en France. La difficulté réside dans la production de masse de la transformation de la branche en tissu. Mais le PDG du groupe Velcorex-Matières Françaises, Pierre Schmitt, se veut optimiste et assure que la production pourrait commencer rapidement pour une commercialisation, courant 2018.

 

A bientôt

 

Carpe Diem

 

Publié dans Others

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article