LES OCCASIONS SPECIALES EN CHRONO NUTRITION

Publié le par Christyn

LES OCCASIONS SPECIALES EN CHRONO NUTRITION

 

Les cas particuliers sont relativement peu nombreux en fait. La plupart des difficultés qu’ils provoquent étant plus liées à un manque d’organisation qu’à un réel obstacle.

 

Mais certains impératifs d’horaires ou de temps, essentiellement professionnels donc incontournables, nécessitent une adaptation obligatoire qu’on va essayer de rendre la plus agréable possible.

 

Les deux grandes difficultés à rester en phase avec la chrono nutrition proviennent des distorsions qu’on aura à subir quand l’activité professionnelle sera plus ou moins décalée par rapport à une journée normale. Cette distorsion sera beaucoup plus délicate à gérer dans un couple ou une famille pour ceux qui sont sédentaires que pour celui qui vit en décalage.

 

Elle sera également plus difficile pour les femmes que pour les hommes, la gestion du foyer venant compliquer à plaisir une vie déphasée par rapport aux normes de la vie quotidienne.

LES OCCASIONS SPECIALES EN CHRONO NUTRITION

1-/ LE SPORT :

 

Au cours de la journée, les efforts physiques intenses devront être précédés par un complément nutritionnel le plus riche possible en protéines d’absorption rapide. Par exemple :

 

  • 10 cl de noix, noisettes etc…
    ou 1 barre protéinée ou 1 sachet protéiné spécifiquement adaptés
    + 1 banane par heure d’effort soutenu ou intense (gym, jogging, vélo, tennis, arts martiaux…) ou demi-heure d’effort violent (squash, rugby…)
     
    Après avoir été testés scientifiquement, je vous déconseille formellement les aliments à base de soja pour la gestion de l’effort.
     
    En revanche, les barres et sachets protéiniques spécifiquement élaborés pour les sportifs sont les compléments alimentaires de loin les plus efficaces pour compenser la dépense d’énergie pendant le sport.
     
    Par ailleurs, si vous faites du sport le midi, ce qui est souvent le cas de personnes qui travaillent et qui profitent de leur pause déjeuner pour s’adonner à leur activité sportive favorite, faites-le toujours avant de déjeuner et prenez la précaution de toujours consommer, avant l’effort, 1 barre protéinée. Cela vous permettra de manger, ensuite ni trop ni trop peu.

2- LE RITUEL DES DEJEUNERS D’AFFAIRES :

 

Ce sont les repas d’affaires auxquelles, la main sur le cœur et une auréole autour de la tête, on prétend n’avoir, hélas, pas pu échapper !...

 

Les solutions :

Il est pourtant facile d’affirmer sa personnalité à ces repas en commandant soit un plat de poisson (attention, pas une entrée qui serait insuffisante) suivi d’un plat de viande, soit deux parts de viande. Dans tous les cas, vous les accompagnerez d’une petite part de féculent, par exemple des frites et… rien d’autre. Ce qui a un double avantage :

 

  • Celui de vous laisser deux fois plus de temps de parole qu’à ceux ayant pris plusieurs plats !!!

 

  • Celui de ne pouvoir être suspecté par personne de faire un régime. Car il est évident qu’avec de telle quantité de viande dans votre assiette, complétée par un féculent réputé particulièrement nourrissant, nul ne se risquera à vous en faire la remarque, surtout si vous êtes dans la phase où vous avez atteint la minceur que vous souhaitiez acquérir !!!
     

Rien ne vous empêche également de commander, à parts égales, un plat de poisson ou de fruits de mer (pas une entrée, un plat !) puis un plat de viande, vous assurant encore plus sûrement une solide réputation de bon mangeur !! 😉

 

En fait, tous ces problèmes se résolvent en affichant, avec une volonté tranquille, une autre manière de gérer ses repas. Ce nouvel art de vivre plus simple et mieux équilibré vous satisfera d’autant plus que vous en ressentirez les effets bénéfiques sur votre humeur. Finies en effet les somnolences de fin de matinée, envolées les tentations de sieste en début d’après-midi et les fins de journée hargneuses. Ne vous laissez plus influencer par les modes et les usages pour ne pas risquer de perdre l’équilibre de votre corps pendant celui de vos repas.

3- LES COCKTAILS, POTS ET AUTRES ARROSAGES :

 

Ils font partie des rituels professionnels et leur côté relationnel les rend pratiquement incontournables… Alors sachez les maîtriser !

 

Inutile de vous gaver de jus de fruits pour éviter les alcools : les calories seront tout autant au rendez-vous, et plus encore la cellulite s’il s’agit de jus de tomate bien salé.

 

Les solutions :

  • Le classique Perrier-rondelle, mais attention aux petits gâteaux qui viendront consoler l’héroïque buveur d’eau !!

 

  • Vous pouvez aussi en faire l’un des deux repas joker autorisés pour la semaine. Dans ce cas, préférez le « tout sucre » : plutôt qu’un jus de fruit, prenez un verre de Champagne ou un verre d’alcool de grain comme le Whisky, ou un apéritif anisé, qu’on accompagnera exclusivement d’aliments sucrés. Tous ceux qui composent le goûter seront les bienvenus. En faisant suivre ce « goûter » qui n’en est pas un, par un repas du soir composé exclusivement de poisson et/ou de fruits de mer, vous bloquerez la métabolisation de corps gras polyinsaturés, ce qui ne présentera aucun danger pour votre système vasculaire. Vous éviterez ainsi l’obligatoire difficulté qu’on éprouve à digérer les corps gras, même légers, quand ils ont été précédés le soir de l’absorption d’une boisson alcoolisée.
    En effet, sauf si vous n’allez pas vous coucher et que vous passez une bonne partie de la nuit à vous dépenser, votre foie restera bloqué temporairement par l’alcool et ne pourra pas métaboliser les aliments avant d’aller dormir.
LES OCCASIONS SPECIALES EN CHRONO NUTRITION

4- LES DEJEUNERS DE FAMILLE :

 

Ils associent rituellement tous les gras, tous les sucres et un bon nombre de protéines, aussi bien animales que végétales, en général largement accompagnés de boissons sucrées, alcoolisées, ou les deux.

 

Qu’il s’agisse d’un repas du midi ou d’un repas du soir, il ne faudra diminuer ou sauter que le repas du soir qui suit, jamais un autre repas.

 

Cela évitera de modifier l’équilibre naturel de la nutrition, dont la chronologie ne serait alors plus respectée.

 

Vous pouvez également considérer ce repas familial comme un de vos repas « joker » !!

 

Les solutions :

  • Supprimer ou simplement réduire un repas du soir aura l’avantage de permettre un déstockage en douceur, sans souffrir de la faim puisqu’on ira dormir, en veillant cependant à boire suffisamment.

 

Mais il faut surtout :

  • Eviter l’erreur classique qui consiste à réserver son appétit pour les fêtes en diminuant ou en supprimant les repas qui les précèdent. On obtiendrait, dans ce cas-là, exactement l’effet inverse de celui que l’on souhaite : l’organisme, volontairement affamé, se fera un plaisir d’accueillir à satiété et plus encore, tous les aliments qu’on lui offrira, accumulant, on le sait, plus de recettes qu’il n’aura fait de dépenses.

5- LES PIQUE-NIQUES :

 

Le principal piège des pique-niques sera toujours le sandwich, suivi de près par la salade composée.

 

Dans les deux cas il y aura en effet, sauf exception, toujours beaucoup trop de végétal et pas assez d’animal avec l’effet désastreux d’être suivi d’autant plus rapidement par la réapparition d’un appétit féroce que l’après-midi aura été sportif.

 

Les solutions :

  • Pour éviter de mal répartir les aliments, le mieux est de les emporter dans des boîtes séparées : une pour les viandes, une pour les féculents… Cela permettra à tout un chacun d’y puiser la quantité d’animal et de végétal qu’il jugera utile, sans pour cela imposer aux autres des proportions mal calculées.

 

  • Autre précaution : ne jamais oublier la dépense d’énergie (si vous faites une randonnée par exemple) et prévoir en conséquence un solide goûter + 1 banane ou 1 barre protéinée par heure d’effort soutenu.

6- LES VOYAGES ET LES VACANCES :

 

Pour les heureux qui partent loin, on accommodera les repas aux pays qu’ils visitent et à l’énergie qu’ils dépensent ! Car il n’y a rien de commun entre un trekking au Népal et dix jours vautrés dans un hamac sous les palétuviers de l’Ile Maurice, bien que les latitudes en soient, dans les deux cas, quelque peu plus au sud que les nôtres !

 

Que ce soit :

  • Un voyage dans un pays froid ou dans un pays chaud,
  • La dépense d’énergie formidable des amateurs de randonnées alpines ou le modeste exercice d’un paisible promeneur sur les planches de Deauville,
  • Le farniente des professions manuelles ou la détente sportive des sédentaires,

 

Toutes ces situations nécessiteront une adaptation particulière.

 

Les solutions :

Ces situations particulières demandent des adaptations nutritionnelles appropriées auxquelles répondent les chrono-experts de l’IRENS par des conseils nutritionnels avisés. Il est donc impératif de consulter avant tout départ en voyage ou en vacances.

7- LES VACANCES A L’HOTEL :

 

C’est évidemment la pension complète qui peut mettre en péril un équilibre acquis ou en train de s’acquérir.

 

Les solutions :

  • Garder pour le matin le fromage qui vous serait proposé le midi ou le soir.
  • Réserver pour le goûter les fruits et les desserts sucrés, sans oublier que, vacances ou pas, on aura une ou deux fois par semaine l’occasion de faire la fête, et notamment de boire de l’alcool (avec modération bien sûr !!)

 

Ce qui signifie que le petit rosé tous les soirs sous la tonnelle risque fort de vous laisser des remords… qui seront d’autant plus vifs que les vacances auront été longues.

 

 

 

Voilà donc quelques conseils, pour les moments spéciaux que nous rencontrons toutes et tous, tout le long de l’année.

Si vous approchez de votre objectif ou si vous l’avez atteint, prenez en compte ces avertissements pour vous éviter toute désillusion. Je vous rappelle qu’il est plus facile de grossir que de mincir !... Malheureusement.

 

Bon courage et à bientôt

 

Carpe Diem

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article