LA CHRONONUTRITION : UNE DISCIPLE SOUPLE

Publié le par Christyn

LA CHRONONUTRITION : UNE DISCIPLE SOUPLE

 

Je réponds aujourd’hui aux questions que vous vous posez sur la routine « chrono nutrition » et la façon de l’aborder.

 

1-/ ROMPRE AVEC SES HABITUDES :

 

Les habitudes sont intimement liées à l’apprentissage de la première enfance, ce qui les rend quelquefois difficiles à éliminer de la gestion quotidienne de notre alimentation, d’autant que, en vieillissant, elles sont souvent devenues totalement figées.

 

 

2-/ EVITER LE RITUEL DES REPAS A HEURES FIXES :

 

Manger tous les jours les mêmes aliments aux mêmes heures risque de provoquer à la longue des carences, aucun aliment ne pouvant contenir, à lui tout seul, tous les éléments nutritifs nécessaires à un bon équilibre nutritionnel.

 

Associer tel aliment à telle heure de la journée ne peut se justifier que si celle-ci est immuable ; rendre immuables les heures des repas, quel que soit leur déroulement, n’aura plus de sens.

 

Il faut :

 

  • Eviter de stéréotyper vos habitudes et de finir par être victimes de carences,

 

  • Eviter également, je vous l’ai déjà dit, une lassitude qui sera génératrice de dérapages d’autant plus difficiles à rattraper que l’état carentiel sera devenu important. Celui-ci se voit d’ailleurs beaucoup plus chez les personnes à « tempérament chien » qu’à « tempérament chat ».
     
    « Tempérament chien », « tempérament chat » ??? Qu’est que c’est que ça ?? Eh bien oui, les filles, nous sommes en effet :
     
  • Soit des mangeurs du type chien, préférant très longtemps la même nourriture, quitte un beau jour à en changer radicalement,

 

  • Soit des mangeurs du type chat, friands de perpétuels changements engendrés par une lassitude rapide, voire du dégoût.
     

L’humanité est ainsi faite : elle se divise en deux catégories d’êtres au comportement alimentaire très différent, et qui n’a rien à voir avec le sexe (féminin ou masculin, j’entends !!). Ainsi sont faits les chiens et les chats, les uns et les autres ayant leurs tempéraments bien établis, qu’il ne faudra pas changer si vous les voulez en bonne santé, le poil luisant et le nez frais !!

 

L’être humain, plus omnivore que le chien, doit par nature diversifier son alimentation sous peine de carences et devrait donc, comme le chat, varier ses habitudes alimentaires.

 

Il n’y a aucune nécessité à se nourrir à des heures fixes si l’on n’a pas dépensé strictement chaque jour la même énergie. Il est encore plus pénible, à peine libéré des contraintes scolaires, professionnelles ou autres, de se trouver soumis à l’esclavage de contraintes alimentaires.

 

 

LES SOLUTIONS :

 

  • Trouver soi-même son rythme et écouter son corps,
  • Eviter de se lever trop tard.
LA CHRONONUTRITION : UNE DISCIPLE SOUPLE

2-/ EVITER LE RITUEL DES REPAS A HEURES FIXES :

 

Manger tous les jours les mêmes aliments aux mêmes heures risque de provoquer à la longue des carences, aucun aliment ne pouvant contenir, à lui tout seul, tous les éléments nutritifs nécessaires à un bon équilibre nutritionnel.

 

Associer tel aliment à telle heure de la journée ne peut se justifier que si celle-ci est immuable ; rendre immuables les heures des repas, quel que soit leur déroulement, n’aura plus de sens.

 

Il faut :

 

  • Eviter de stéréotyper vos habitudes et de finir par être victimes de carences,

 

  • Eviter également, je vous l’ai déjà dit, une lassitude qui sera génératrice de dérapages d’autant plus difficiles à rattraper que l’état carentiel sera devenu important. Celui-ci se voit d’ailleurs beaucoup plus chez les personnes à « tempérament chien » qu’à « tempérament chat ».
     
    « Tempérament chien », « tempérament chat » ??? Qu’est que c’est que ça ?? Eh bien oui, nous sommes en effet :
     
  • Soit des mangeurs du type chien, préférant très longtemps la même nourriture, quitte un beau jour à en changer radicalement,

 

  • Soit des mangeurs du type chat, friands de perpétuels changements engendrés par une lassitude rapide, voire du dégoût.
     

L’humanité est ainsi faite : elle se divise en deux catégories d’êtres au comportement alimentaire très différent, et qui n’a rien à voir avec le sexe (féminin ou masculin, j’entends !). Ainsi sont faits les chiens et les chats, les uns et les autres ayant leurs tempéraments bien établis, qu’il ne faudra pas changer si vous les voulez en bonne santé, le poil luisant et le nez frais !

 

L’être humain, plus omnivore que le chien, doit par nature diversifier son alimentation sous peine de carences et devrait donc, comme le chat, varier ses habitudes alimentaires.

 

Il n’y a aucune nécessité à se nourrir à des heures fixes si l’on n’a pas dépensé strictement chaque jour la même énergie. Il est encore plus pénible, à peine libéré des contraintes scolaires, professionnelles ou autres, de se trouver soumis à l’esclavage de contraintes alimentaires.

 

 

LES SOLUTIONS :

 

  • Trouver soi-même son rythme et écouter son corps,
  • Eviter de se lever trop tard.
LA CHRONONUTRITION : UNE DISCIPLE SOUPLE

3-/ PRIVILEGIER LE PLAT UNIQUE :

 

Autant on peut, aux repas de fête, se livrer à toutes les fantaisies, quitte à le regretter ensuite !! Autant il est redoutable dans la semaine de sacrifier au rite des repas classiques qui comptent plusieurs plats. On aura beau les prétendre équilibrés, ils sont en fait générateurs de calories et d’ajouts alimentaires inutiles.

 

Se référer à mon article « Bien gérer sa journée de chrono nutrition ».

 

 

LES SOLUTIONS :

 

Il est totalement inutile d’ajouter aux repas quotidiens des aliments que votre foie, votre pancréas et votre estomac seraient obligés de traiter avant d’obligatoirement les stocker, puisqu’ils sont en trop !

Perdre du temps à remplir inutilement son estomac, le midi risque fort de diminuer votre vigilance et votre vivacité. On pique facilement du nez après le déjeuner lorsqu’on a trop mangé.

Ce handicap vous empêchera d’être parfaitement lucide pour affronter un après-midi rempli de tous les pièges que nous tend le milieu du travail.

 

Enfin, le soir, remplir au-delà de sa satiété un estomac fatigué sans vouloir l’écouter même s’il crie grâce, le forcera à stocker plus encore que le midi, sauf évidemment si la nuit doit se passer debout jusqu’à l’aube !!

Je vous rappelle les filles que le corps ne fabrique plus ou très peu le soir, d’hormones digestives.

 

On mangera donc tous les jours de la semaine les quatre repas tout simples dont je vous ai déjà parlés et décrits dans mes précédents articles, et on cessera de compliquer inutilement le travail de son organisme. On se fera plaisir avec ses deux repas « joker » hebdomadaires.

NON !! ON OUBLIE !!

NON !! ON OUBLIE !!

4- RENONCER A LA SOUPE DU SOIR :

 

Supprimer la soupe du soir chez une personne habituée à en prendre depuis de nombreuses années n’est pas chose facile, mais défaire cette fichue manie chez quelqu’un qui est persuadé que c'est une bonne habitude, excellente pour la santé, est un tour de force.

 

Voir mon article « soupe : rétention d’eau »

 

 

LES SOLUTIONS

 

Deux arguments parviennent cependant à faire tomber les résistances pourtant parfois acharnées :

 

  • La fâcheuse propriété des potages de faire stocker inutilement une eau, chargée en minéraux, génératrice de cellulite ;

 

  • Le danger de faire monter la tension. Dans ce cas, il est absolument recommandé à toutes les personnes hypertendues de ne pas consommer de soupe, potage, bouillon quelque soit l’heure de la journée ou de la nuit.

                Pour les « indécrottables » ne souffrant pas d’hypertension, on autorisera la consommation de potage le matin, salé et bien épais si on le souhaite sous certaines conditions.

 

LA CHRONONUTRITION : UNE DISCIPLE SOUPLE

5- OUBLIER L’ACCORD FROMAGE ET VIN LE SOIR :

 

Le rituel en matière d’alimentation peut également se révéler prétexte à quelques débordements. Dans ce sens, particulièrement difficile à endiguer et à déloger de son créneau horaire, il y a le rituel du fromage que l’on mange régulièrement le soir, et que d’aucuns rechignent fortement à manger le matin.

 

On peut se demander pourquoi il apparaît si difficile à des personnes, aimant ou même adorant le fromage d’en manger le matin. Il semble que dans bien des cas, et plus qu’on ne pourrait le croire, le rituel du fromage le soir accompagne celui du verre de vin.

 

Voir mes articles sur le sujet

 

LA SOLUTION :

 

On consommera sa quantité de fromage uniquement le matin.

LA CHRONONUTRITION : UNE DISCIPLE SOUPLE

6- SUIVRE LES SAISONS :

 

La chaleur sera le principal péril de l’été car, en diminuant l’appétit, elle pousse à manger végétarien. Pour éviter de se transformer fâcheusement en herbivore, il suffira alors de remplacer le chaud par le froid à tous les repas.

Pratiquement tous les aliments peuvent se manger en vinaigrette (qu’on fera de préférence à l’huile d’olive de première pression à froid, à l’huile de noisette ou à l’huile de pépins de raisin (elle ne se fige pas et peut donc être préparée à l’avance).

 

Mais attention aux salades composées, en général mal équilibrées par trop de végétal prenant le pas sur la part d’animal ! On veillera donc à respecter les proportions et à rester essentiellement carnivore, quitte à manger moins.

 

Le froid ramènera pour le midi les choucroutes, les pot-au-feu et autres plats bien consistants, les poissons gras restant l’apanage des soirées frileuses qu’on terminera douillettement enfoui sous la couette.

 

En fait, une bonne gestion alimentaire des saisons consistera tout simplement à manger méditerranéen l’été et lapon l’hiver.

 

 

7- RESPECTER LES INTERDITS :

 

IMPORTANT :

 

Il y a 4 catégories d’aliments strictement interdits :

 

  • Les laitages : autres que le fromage, la crème et le beurre. Exit donc le lait (comme aliment à part entière, pas pour cuisiner), le petit-suisse, le fromage blanc, les yaourts (qu’ils soient de vache, de brebis ou de chèvre) ainsi que les faux laits (de soja, de coco…), les faux yaourts (de soja), les laits fermentés (comme l’Actimel ou l’Activia).

 

  • Les soupes et potages : Tous les potages, soupes et bouillons et consommés sont interdits, ils ne sont autorisés que dans trois cas particuliers :
     

                        - aux enfants en croissance,

                       - aux personnes âgées, toute la journée pendant les canicules

                       - aux musulmans, la nuit pendant la période du ramadan

 

  • Les sauces sucrées :  Ketchup, soja, aigre-douce, barbecue… Lisez les étiquettes !!

 

  • Les aliments allégés ou lights :  Les aliments à 0 % de matière grasse, les faux sucres, les faux beurres et tous les aliments soi-disant diététiques.

         

J’espère avoir répondu à vos attentes. N’hésitez pas à aller consulter mes précédents articles, vous retrouvez beaucoup des sujets, évoqués ici.

 

A bientôt prenez soin de vous !

 

Carpe Diem

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article