LA CHRONOBIOLOGIE ET LA COMPOSITION DES REPAS

Publié le par Christyn

LA CHRONOBIOLOGIE ET LA COMPOSITION DES REPAS

 

Ça y est !... On prépare l’été ! On chouchoute sa silhouette pour se sentir à son avantage en bikini ou en petite robe légère.

 

On n’oublie pas les préceptes de la chrono-nutrition, notre alliée pour sculpter son corps et être bien dans sa tête. On fonce sur son jus de citron au lever, une ½ heure avant de prendre son petit-déjeuner, pour détoxifier l’organisme et aider à la fonte des amas graisseux.

 

On mange donc équilibré ! Il est essentiel de respecter certaines règles d’or pour bien se nourrir, perdre du poids ou tout simplement ne pas en prendre. Certaines périodes de notre existence sont plus délicates que d’autres (adolescence, grossesse, ménopause). Tout cela sans pour autant manger triste.

 

La première de ces règles est qu’il ne faut « sauter » aucun repas. Les filles, c’est très important ! Ne croyez pas mincir en zappant certains repas ; l’effet inverse, qui consistera à voir votre organisme stocker, est inéluctable.

L’organisme a besoin d’une alimentation régulière dans la journée, répartie de la manière suivante :

 

  • Le matin, pour corriger l’hypoglycémie de la nuit
  • Le midi, pour soutenir son effort de travail
  • L’après-midi, pour pallier le petit coup de pompe
  • Le soir, pour restaurer l’énergie dispensée dans la journée (si nécessaire et si le besoin s’en fait sentir)

Vous le savez la chrono-nutrition se base sur la chronobiologie. On met donc en pratique ces principes.

LA CHRONOBIOLOGIE ET LA COMPOSITION DES REPAS

1-/ LE PETIT DEJEUNER :  

 

Il s’agit d’un repas primordial dont va dépendre l’alimentation de toute la journée. Il faut absolument insister, chez l’adulte comme chez l’enfant, sur l’importance de ce moment, qui se doit d’être un « vrai » repas, composé en quantité suffisante de glucides, de lipides et de protides. De surcroît, ces nutriments doivent être consommés de manière équilibrée. L’idéal est de respecter la règle du 421 : quatre doses de glucides, deux doses de lipides, une dose de protides. Un bon petit-déjeuner devrait comporter les éléments suivants :

 

  • Du pain ou des céréales pour les enfants
  • Du fromage
  • Une ration de protides pour les plus courageux, par exemple des œufs au jambon, de la charcuterie…
  • Une boisson non sucrée (café, thé)

Il existe plusieurs types de petits déjeuners. A la française – boisson chaudes et tartines -, à l’anglaise (c’est un peu celui qui est décrit ci-dessus) ou à l’américaine, avec confitures, miel, fruits, pâtisseries, sodas, etc…

Il est certain que notre petit-déjeuner traditionnel est totalement insuffisant pour l’organisme et que le dernier est beaucoup trop riche ! Notamment en sucre d’assimilation rapide.

 

Il nous reste donc le petit-déjeuner à l’anglaise. Le breakfast paraît le plus équilibré, il répond aux exigences de l’horloge alimentaire de l’organisme, corrige l’hypoglycémie matinale par l’absorption de sucres à la fois lents et rapides et assure un apport en graisses minimal. Tout en étant suffisant, il permet de constituer des réserves qui préparent le corps pour les activités à venir. En outre, la matinée débutant par une hausse progressive de la température corporelle à partir du lever, l’horloge alimentaire et les horloges biologiques vont se trouver en phase, permettant une bonne digestion.

LA CHRONOBIOLOGIE ET LA COMPOSITION DES REPAS

2-/ LE DEJEUNER :

 

Pris en général entre midi et 1 heure, il devrait constituer, si le petit-déjeuner a été suffisant, une « pause alimentaire » plutôt qu’un vrai repas, souvent trop lourd et trop copieux, notamment en matières grasses. Il est difficile à digérer à ce moment de la journée (qui ne connaît pas le coup de pompe de 14 h !).

Pour respecter le rythme chrono biologique naturel de l’organisme, particulièrement en ce qui concerne l’insuline et les sucs digestifs, un bon déjeuner ne devrait comporter qu’une viande peu grasse accompagné de féculents et d’un peu de légumes. Sans oublier un facteur essentiel : LA BOISSON.

 

La boisson, les filles ! Un élément primordial trop souvent négligé ! On boit trop peu en général. Il faut apprendre dès l’enfance à boire régulièrement, pendant et entre les repas. L’organisme a besoin en permanence d’une réserve d’eau minimale. Or le centre chrono biologique de la soif, qui se trouve dans le cerveau, connaît une dégénérescence progressive à partir de la trentaine. D’où une diminution de la sensation de soif et une déshydratation relative, avec ses conséquences digestives (constipation), cutanées (desséchement de la peau, des mains notamment) et parfois urinaires (tendance aux calculs, aux infections).

 

Attention, il s’agit là de boire de l’eau, des infusions, du thé et non pas du vin ou de l’alcool qui consommés en excès et de manière répétitive sont à bannir.

LA CHRONOBIOLOGIE ET LA COMPOSITION DES REPAS

3-/ LE GOUTER :

 

Ce petit encas permet à l’organisme de faire face à la fois à une hypoglycémie mais aussi à la fatigue de fin d’après-midi, ce double creux est dû à l’activité de la journée. Il est facile d’y remédier avec fruits, compote, jus de fruits, carrés de chocolat etc… C’est le moment gourmand !

LA CHRONOBIOLOGIE ET LA COMPOSITION DES REPAS

4-/ LE DINER :

 

Il doit privilégier les protides facilement assimilables (volaille, viande blanche et surtout le poisson et les fruits de mer) accompagnés de légumes, afin d’apporter à l’organisme la teneur minimale en glucides dont il a besoin pour son activité nocturne principale…. Le sommeil !... Qui ne demande que peu de calories.

 

Les repas du soir trop lourds et trop riches constituent une habitude à perdre. En effet, à l’heure du dîner, les sucs digestifs et biliaires ne sont pas sécrétés par l’organisme pour dégrader les graisses, par exemple.

 

Adopter un comportement alimentaire qui correspond au cycle chrono biologique digestif et métabolique, est chose assez aisée. Le conserver est une question d’habitude. Mais il faut aussi savoir éviter les solutions de facilité, et en particulier les aliments suivants :

 

  • Les sucres d’assimilation rapide : sucre, sucreries, sodas, entremets divers qui bouleversent la sécrétion d’insuline. Particulièrement chez l’enfant.

 

  • Les lipides faciles à absorber dans la journée : jambon, rillettes etc… en particulier chez les adultes.
     

Rappelez-vous les filles, tout ce qui est sucré doit être consommé au goûter. La charcuterie peut faire partie du petit déjeuner (en respectant les quantités prescrites). N’oubliez pas vos deux repas jokers, où on lâche les chevaux et on se fait plaisir sans arrière-pensée et mauvaise conscience.

 

 

Un petit rappel des règles de base pour être en forme, en bonne santé et éviter ou supprimer les kilos superflus. Prenez soin de vous !

 

A bientôt

 

Carpe Diem

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article