ALLEGEZ-VOUS LA VIE : COMMENT ET POURQUOI TRIER ET RANGER !

Publié le par Christyn

On a tous nos périodes « ras le bol » où on aimerait faire le grand ménage dans notre vie… et pas seulement dans nos placards !

Virer les vêtements qu’on ne met plus et qui parfois nous rappellent une période pas forcément agréable, virer la collection de dés à coudre de Mamie Lucette, accumulée avec amour par celle-ci, et qu’elle nous a transmise avec fortes recommandations, virer les relations néfastes qui polluent notre vie et nous pèsent.

On a envie de légèreté, de liberté car on a le sentiment qu’on en serait que plus heureuse.

 

La période est au recyclage et au tri sélectif. Qu’importe on continue à accumuler ! Pourtant se désencombrer matériellement, relationnellement, intellectuellement et spirituellement (sachant que tout est lié) permet de mieux avancer, de lâcher prise, de prendre en main les rênes de sa vie, de se réjouir de ce qu’on a et de savoir en profiter.

 

« Ranger est une série d’actions élémentaires consistant à déplacer des objets d’un endroit à un autre » écrit Marie Kondo (*) « il s’agit de les remettre là où ils doivent se trouver. Cela semble à la portée d’un enfant de 6 ans. Et pourtant les gens en sont incapables ».

Sans oublier notre bonne vieille société de consommation, véritable réalité sociale ! « Quand on pense à l’intérieur de nos grands-parents, c’était le dénuement, on n’y trouvait que le strict nécessaire » nous assure la psychologue Laurence Einfalt (**). Aujourd’hui, poussés à consommer toujours plus, on est envahi et asphyxié dans des logements encombrés.

 

ALLEGEZ-VOUS LA VIE : COMMENT ET POURQUOI TRIER ET RANGER !

CONSOMMER MOINS POUR NE PLUS S’ENCOMBRER !

 

Less is more, véritable gageure dans une société tentatrice ! On nous allèche, nous séduit, alors on accumule, on entasse tout et n’importe quoi !

« L’objet remplit une fonction d’assujettissement », observe le philosophe Dominique Quessada (***).

Selon les auteures du best-seller L’Art du désencombrement (Ed. Jouvence), Alice Le Guiffant et Laurence Paré « l’objet nous sert davantage à montrer aux autres notre situation sociale qu’à nous faciliter le quotidien ».

On expose nos objets design, on exhibe nos meubles antiquaires, on démontre par-là que l’on est une personne avec un sens esthétique. Une bibliothèque bien remplie ? on est quelqu’un de cultivé !... Alors possédons moins, pour gagner plus… d’air et de liberté. Réduisons nos achats pour se recentrer sur des valeurs plus importantes.

Maintenant, il n’est pas interdit de se faire plaisir…. Il ne faut pas tomber dans l’excès inverse.

 

SE DEFAIRE DE L’INUTILE :

 

Pas facile, j’en conviens ! Trier, c’est choisir et on n’est pas toujours disposé à faire ce premier pas. D’autant que l’inutilité n’est pas inscrite sur l’objet ! Aucun mode d’emploi pour nous y aider.

Dans le livre l’Art du désencombrement, on nous facilite la tâche avec trois critères bien précis :

 

1-/ Si l’objet a cessé de fonctionner.

 

2-/ Quand on ne s’en sert plus. Soit parce qu’il ne nous plaît plus, soit parce qu’on l’a oublié. « Jetez tout ce que vous n’avez pas utilisé depuis un an. En cas de doute, mettez ces objets dans un carton avec la date du jour, et rouvrez-les dans six mois. Etes-vous heureuse de retrouver ces choses consignées ? » Dans la négative, débarrassez-vous-en !

 

3-/ On se pose la question « Combien est assez ? ». De combien de pantalons ai-je besoin ? Ai-je réellement la nécessité de trois services à vaisselle ? Au fur et à mesure, on a le plaisir de voir des « secteurs sinistrés » de notre maison devenir des espaces clairs !

Cependant, on n’oublie pas !... Jeter, c’est bien mais donner, c’est mieux ! On contacte Emmaüs, Le Relais ou RecycLivre qui se feront un plaisir de récupérer certains de vos objets.

ALLEGEZ-VOUS LA VIE : COMMENT ET POURQUOI TRIER ET RANGER !

ERADIQUER SES BLOCAGES PSYCHOLOGIQUES :

 

Pour Laurence Einfalt, il y a d’abord « un empêcheur généalogique. Si on a des parents qui accumulaient, il y a un risque de transmission des habitudes. Par ailleurs, j’ai observé que le chaos donnait à certains une impression de plein. Par peur du vide, ils s’entourent jusqu’à saturation. On voit bien des bureaux avec des piles en vrac, des Post-il partout ».

Ranger ? on remet à plus tard, on ajourne, on est attentiste.

La psy poursuit « Ces personnes ont besoin du vrac pour se sentir en sécurité. Ranger serait comme sortir de leur zone de confort. Il n’y a pas de solution toute faite. Si on veut changer, mieux vaut se faire accompagner. »

Dernier blocage psy et pas le moindre : le sentiment de dette. Cet objet est un cadeau. J’en reviens là au dés à coudre de Mamie Lucette ! Marie Kondo rétorque : « Il ne faut pas se sentir coupable de jeter un cadeau. Soyez juste reconnaissant du plaisir éprouvé lorsqu’on vous l’a offert ».

 

PROCEDER PAR FAMILLE, PAS PAR PIECE :

 

Cette organisation est contraire à notre méthode de procéder habituellement ! Pourtant lorsque l’on prend connaissance des propos de Marie Kondo, on se dit que ce n’est pas idiot : «Au lieu de ranger telle pièce, fixez-vous l’objectif de vous occuper des vêtements aujourd’hui, des livres demain… Nous stockons tous, une famille d’objets dans divers endroits de la maison : si nous procédons pièce par pièce, impossible d’avoir une idée du volume global. Amassez les vêtements, disposez-les à terre, par catégories (les hauts, les bas)… Les choses conservées hors de vue dorment. En les exposant, en les animant, vous trouverez mieux s’ils déclenchent une émotion en vous. »

COMMENCER PAR DES OBJETS A FAIBLE VALEUR AFFECTIVE

 

Tous les auteurs cités dans cet article s’accordent sur une règle absolue : Il est absolument indispensable de démarrer par les objets à faible valeur affective.

Trier, jeter, désencombrer, c’est dur ! Il faut donc y aller progressivement.

Laurence Einfalt précise : « je propose souvent les objets neutres, portant une date de péremption. Les épices, par exemple, puis les médicaments (valeur une peu plus forte car il s’agit de santé), et ainsi de suite. Puis les vêtements : même s’ils peuvent avoir une dimension sentimentale, ils restent faciles à remplacer ou échanger. Il n’y a pas de rareté réelle. »

Pour ne pas se démotiver, alternez le tri facile (les CD) et l’ultra « prise de tête » comme les papiers administratifs.

On terminera par le plus délicat : les lettres et cartes personnelles (de vœux, d’anniversaire, faire-part…). Les photos et le plus sensible car émotionnel : les cadeaux « handmade » des enfants ! Le fabuleux collier de nouilles, la boîte à bijoux « camembert », les dessins… Prenez l’avis des principaux intéressés, dans la majorité des cas, ils se ficheront royalement de ce que vous pouvez en faire !  

 

 

EVITER LA RECHUTE : ETABLIR DES ROUTINES DE RANGEMENT :

 

Ne pas retomber dans ses travers ! c’est ce que Marie Kondo appelle « l’effet rebond ». Pour éviter toute rechute, soyez organisée sinon vous êtes condamnée à recommencer le tri et rangement indéfiniment. Un désordre se reconstitue petit à petit, insidieusement, parfois sans que l’on s’en aperçoive réellement, si l’on n’est pas vigilante.

La méthode FlyLady préconise de s’organiser des routines de rangement : Une chose, une place ! Les clés de voiture à tel endroit, le manteau toujours là, la facture à payer ici etc…

Elle conseille même de le formuler par écrit pour celles qui manquent d’automatisme et de rigueur, comme une règle de vie en fait. Qui vaudra non seulement pour vous mais aussi pour le reste de la famille. Je vous l’accorde là, ce n’est pas gagné !

 

Bon courage !

 

A bientôt

 

Carpe Diem

 

 

 

 

(*) Marie Kondo auteur du livre La Magie du Rangement paru chez First Editions

      3 millions d’exemplaires vendus de part le monde dont 500 000 en France

      Classée dans le top 100 des « personnes les plus influentes » du Time en 2015

 

(**) Auteur avec Stéphanie Bujon du Grand livre pour s'organiser (Éd. Eyrolles, 2015).

 

(***) Auteur de La Société de consommation de soi (Éd. verticales).

Publié dans Others

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article