LES 4 ACCORDS TOLTEQUES : 4 PRECEPTES POUR VIVRE HEUREUX

Publié le par Christyn

LES 4 ACCORDS TOLTEQUES : 4 PRECEPTES POUR VIVRE HEUREUX

C’est la grande papesse du talk-show américain, Oprah Winfrey, qui a remis à l’honneur en 2000 le livre de Miguel Ruiz, Les Quatre Accords Toltèques dont le titre original est The Four Agreements paru en 1997 aux Etats-Unis. Il s’agit d’un ouvrage d’une centaine de pages qui s’est déjà écoulé à plus de quatre millions d’exemplaires dans le monde.

 

Aujourd’hui, ce best-seller d’un chaman d’origine mexicaine, est devenu un incontournable pour beaucoup… dont de nombreux thérapeutes.

Depuis son succès planétaire, Miguel Ruiz a fait de ses « accords toltèques » une marque déposée. Traduit et publié en France en 1999, l’ouvrage a vite remporté un vif succès, qui s’est amplifié par l’intermédiaire des réseaux sociaux, blogs et autres forums. A ce jour, plus de cent mille exemplaires ont été vendus dans notre pays.

 

« Quand j’ai découvert le livre, j’ai eu le sentiment que l’auteur y avait retranscrit les observations issues de ma propre expérience » confie Olivier Perrot, psychologue clinicien et président de l’Association Française de la nouvelle hypnose (AFNH).

Quel en est le principe ?

 

ces accords toltèques reposent sur Quatre préceptes à passer avec soi-même. Ils visent à nous rendre tout simplement plus heureux, en brisant nos faux aprioris et croyances développés pendant l’enfance et qui sont source de souffrances diverses (mal-être, manque de confiance etc…). A force de conditionnements culturels et éducatifs sur ce qui est juste ou faux, bien ou mal, bon ou mauvais, beau ou laid... et de projections personnelles, nous avons « imprimé » une image inauthentique et fabriquée de nous-même et du monde qui nous entoure.

 

Ces idées sont déjà bien connues des thérapeutes puisqu’elles sont similaires aux principes de la thérapie cognitive « qui démontrent à quel point le manque de distance ou la généralisation abusive sont des pièges » remarque le psychiatre François Thioly.

En effet, ce besoin de distance et le retour sur soi-même sont essentiels dans ces deux psychothérapies. Mais alors, Qu’est-ce qui les différencie ? La formulation des préceptes ! Miguel Ruiz explique ces quatre accords dans un langage compris par tous, avec des mots simples, faciles à retenir et des cas concrets. Il n’ordonne rien. Pour lui, tout un chacun est capable de parvenir à se réaliser grâce à ses préceptes. S’il a pu le faire, tout le monde peut se les approprier !

LES 4 ACCORDS TOLTEQUES : 4 PRECEPTES POUR VIVRE HEUREUX

1er ACCORD TOLTEQUE : QUE VOTRE PAROLE SOIT IMPECCABLE.

 

Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N’utilisez pas la parole contre vous ni pour médire d’autrui.

 

« Miguel Ruiz rappelle le pouvoir du verbe sur le psychisme, explique Olivier Perrot. Qui n’a pas gardé en mémoire une phrase blessante d’un parent ? Et ne la fait pas encore résonner une fois adulte ? » La parole est un outil redoutable qui peut avoir des effets positifs ou négatifs. Elle peut aussi bien détruire que construire. Les mots peuvent peser énormément sur nous-même, ils ont une grande importance pour le chaman car ils ont le pouvoir d’impacter fortement la perception que l’on a de soi. Ils agissent sur la réalité : « Dites à un enfant qu’il est enrobé et il se sentira gros toute sa vie » assure Olivier Perrot.

 

Le mot clé : modération. Utilisons la modération dans nos propos : ne pas en dire trop, ni trop vite. Et d’après Miguel Ruiz, cela commence dans le discours que l’on se tient à soi-même. Les critiques et les jugements négatifs, envers autrui ou soi-même, polluent notre mental. Ils sont le résultat d’images faussées, de croyances et de projections c'est à-dire de réponses à ce que nous pensons que l’autre ou le monde en général attend de nous.

Conclusion : parlons peu, mais parlons vrai en valorisant nos atouts et ceux d’autrui.

 

 Si vous respectez le premier accord toltèque, vous aurez déjà fait 50 % du chemin. Les trois autres découlent de ce premier précepte et en sont complémentaires.

2ème ACCORD TOLTEQUE : QUOI QU’IL ARRIVE, N’EN FAITES JAMAIS UNE AFFAIRE PERSONNELLE.

 

Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victimes de souffrances inutiles.

 

Les paroles et les actes de l’autre ne nous concernent pas directement. « Ils lui appartiennent, estime Olivier Perrot, parce qu’ils sont l’expression de ses propres croyances. » Vous êtes critiqué ? ou encensé ? « C’est l’image que l’autre se fait de vous, ce n’est pas vous. »

 

Si l’on vous insulte par exemple. Il ne faut surtout pas prendre cette insulte personnellement. La personne qui vous agresse vous transmet sa propre vision du monde et sa propre vérité qui n’est pas forcément la vôtre. Chacun ayant ses propres représentations mentales.

 

Idem pour les événements qui arrivent autour de nous, ils ne sont pas toujours liés à notre comportement. Selon le chaman, nous devons sortir de cet égocentrisme qui nous fait croire que tout ce qui arrive dans notre entourage est une conséquence de notre attitude. Le « moi je » nous maintient dans l’illusion.

Nous avons besoin de prendre tout ce qui nous arrive de façon personnelle. Ainsi, on renforce notre sentiment « d’importance personnelle », autrement dit l’importance que l’on accorde à soi-même. On aime se sentir important, se prendre au sérieux, cela flatte notre orgueil, et on finit par se dire que tout ce qui arrive autour de nous nous concerne. Malheureusement, cela a pour conséquence de nous apporter de la souffrance.

 

Le mot clé : Le recul. Il faut prendre du recul et laisser à l’autre la responsabilité de sa parole ou de ses actes et surtout, ne pas s’en mêler.

A partir du moment où l’on met en pratique ce précepte, les événements n’auront plus aucune prise sur nous. On sera libre du jugement des autres et les regards extérieurs ne nous atteindront plus. Nous serons toujours jugés, en bien ou en mal mais le principe de cet accord est de se détacher de ces jugements afin qu’ils ne puissent plus nous blesser. On sera alors disposé à prendre ses propres décisions sans craindre la non acceptation des autres.

 

Voici une citation de Miguel Ruiz qui résume parfaitement ce deuxième accord :

 

« Ce que vous pensez, ce que vous ressentez, c’est votre problème, pas le mien. C’est votre façon de voir le monde. Cela ne me touche pas personnellement, parce que vous n’êtes confronté qu’à vous-mêmes, pas à moi. D’autres auront une opinion différente, selon leur système de croyances.»

 

 

LES 4 ACCORDS TOLTEQUES : 4 PRECEPTES POUR VIVRE HEUREUX

3ème ACCORD TOLTEQUE : NE FAITES AUCUNE SUPPOSITION.

 

Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.

 

« C’est un travers banal, admet Olivier Perrot. Nous supposons, nous élaborons des hypothèses et nous finissons par y croire. » Votre meilleur ami a oublié de vous féliciter pour votre promotion et vous imaginez immédiatement qu’il vous en veut !

Selon Miguel Ruiz c’est « un poison émotionnel ». Pour s’en libérer il propose d’apprendre à mettre les choses à plat, par exemple en exprimant ses doutes « ce qui implique d’apprendre à écouter et d’être capable d’entendre ».

 

Faire des suppositions est une habitude bien ancrée en chacun de nous, nous y avons recours spontanément et machinalement dans nos relations aux autres. Il est à dire que la supposition est du même ordre que la médisance, on peut même dire qu’elle atteint un cran supérieur car souvent la médisance prend racine dans nos suppositions. Elles peuvent être terribles et profondément blessantes.

 

Là aussi, nous interprétons les événements selon nos propres visions et croyances et sommes convaincus qu’il s’agit du reflet de la réalité. En fin de compte, nous prêtons des intentions aux autres sur la seule base de suppositions, souvent fausses. La supposition la plus courante est de croire que les autres pensent comme nous. Il ne faut pas oublier que chacun à sa propre perception du monde et de ce qui l’entoure.  

  

Le mot clé : la conscience. En effet, il s’agit de prendre conscience que nos suppositions sont des créations de notre pensée. Dès qu’une hypothèse devient une croyance (« cet ami est fâché contre moi »), nous élaborons un comportement de pression ("je ne l'aime plus"), source d’angoisse et de stress.

Le paradoxe avec les suppositions c’est que dans la plupart des cas, on en veut aux autres au sujet de choses qu’ils n’ont en réalité pas faites.

 

 

Citation de Miguel Ruiz sur ce troisième accord :

 

 « Voilà donc quel est le troisième accord toltèque : ne faites aucune supposition. Formulé ainsi, cela semble facile, mais je suis conscient combien c’est difficile à mettre en œuvre. La difficulté provient de ce qu’on fait généralement l’inverse. On a tous des habitudes dont on n’est même pas conscient. Les amener à la conscience et comprendre l’importance de cet accord est donc le premier pas à franchir.

Mais la compréhension n’est pas suffisante. Une information ou une idée ne sont que des graines dans notre esprit. Ce qui va vraiment faire la différence, c’est l’action. Le fait de mettre une chose en pratique, jour après jour, renforce votre volonté, nourrit la graine et établit des fondements solides pour que se développe une nouvelle habitude. »

 

LES 4 ACCORDS TOLTEQUES : 4 PRECEPTES POUR VIVRE HEUREUX

4ème ACCORD TOLTEQUE : FAITES TOUJOURS DE VOTRE MIEUX.

 

Votre « mieux » change d’instant en instant. Quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger.

 

Ce quatrième principe est celui qui vous permettra d’agir de façon durable en respectant les trois autres accords, d’en faire des habitudes au quotidien.

 

« Cet accord découle des trois premiers, constate Olivier Perrot. Lorsque vous en faites trop, vous vous videz de votre énergie et vous finissez par agir contre vous. Mais si vous en faites moins, vous vous exposez à la frustration, à la culpabilité et au regret. » Il faut donc trouver le juste équilibre.

 

Ce qu’il faut comprendre par juste équilibre est que chaque tâche réalisée doit l’être en donnant le meilleur de nous-même au moment où elle est réalisée. La notion de « meilleur » est variable d’un jour à l’autre, d’une période à l’autre… En effet, vous ne serez jamais toujours au top de votre forme ! En cas de maladie, de fatigue, d’anxiété, votre mieux fluctuera constamment et passera par des hauts et des bas.

 

Il faut donc faire de son mieux, ni plus ni moins en fonction des circonstances. La progression passe toujours par des phases de récession. Attention à ce moment-là, de ne porter aucun jugement négatif sur soi-même.

 

Le mot clé : agir. Ce qui est juste pour soi ne dépend en aucun cas d’une norme. Pour Miguel Ruiz, certains jours, faire ce qu’il y a de mieux pour soi, c’est rester au lit. Dans tous les cas le piège est la course à la perfection. L’un des moyens d’éviter ce travers est de remplacer nos « je dois faire ceci » par des « je peux faire ceci ». « Cela permet de s’approprier pleinement l’objectif à atteindre, sans se soucier du jugement et des attentes des autres » affirme Olivier Perrot.

 

Il est aussi primordial d’entreprendre pour le plaisir et d’accomplir des choses importantes à nos yeux. Cet état d’esprit vous permet de profiter pleinement de la vie, sans aucun regret.

 

Dernière citation de l’auteur :

 

« Ne vous attendez pas à vous exprimer toujours avec une parole impeccable. Vos habitudes sont trop fortes et trop bien ancrées dans votre esprit. Mais vous pouvez faire de votre mieux. […] En faisant de votre mieux, l’habitude de mal utiliser votre parole, celle de faire une affaire personnelle de tout ce qui vous arrive et celle de faire des suppositions vont s’affaiblir et se manifester de moins en moins souvent.

Vous n’avez pas à vous juger, à vous sentir coupable ou à vous punir, si vous n’arrivez pas à respecter ces quatre accords toltèques. Si vous faites de votre mieux, vous vous sentirez bien même en faisant encore des suppositions, même s’il vous arrive encore de réagir de façon personnelle, même si votre parole n’est pas tout le temps impeccable. »

LES 4 ACCORDS TOLTEQUES : 4 PRECEPTES POUR VIVRE HEUREUX

Vous vous demandez certainement qui sont ces fameux toltèques ?

En fait, ce sont des guerriers du nord de l’Amérique latine. Les Toltèques ont vécu dans l’actuel Mexique entre les années 1000 ET 1300. D’après les légendes et les vestiges retrouvés, ce peuple a développé le raffinement dans les arts et l’architecture, ainsi qu’une sagesse dont les fameux accords seraient la clé essentielle. Revendiquent fièrement cet héritage, les Aztèques auraient transmis le savoir et la philosophie des Toltèques.

 

A bientôt

 

Carpe Diem

Publié dans Lifestyle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article