STYLE DE FRIPE

Publié le par Christyn

©️Theplacetofrip – Tenue par @LaReserveMtp – Modèle @Gabyelectric – Photo par @camillevino

©️Theplacetofrip – Tenue par @LaReserveMtp – Modèle @Gabyelectric – Photo par @camillevino

Parfois les images parlent plus que les mots. Gaby porte une tenue originale de la friperie @La Reserve à Montpellier. Comme de nombreuses personnes, particulièrement la tranche d’âge 15 – 34 ans, elle s’habille dans les friperies de sa ville.

 

Êtes-vous familier avec la friperie ? Connaissez-vous les différentes raisons qui poussent de plus en plus de consommateurs à s’habiller en fripe ? Savez-vous différencier les différents types de boutique de vêtements d’occasion ? Avez-vous conscience de l’impact environnemental de l’industrie de la mode ?  On parcourt tous ces sujets ensemble et pour finir on vous donne notre bon plan pour se saper d’occasion et avec style !

L’industrie textile et ses impacts désastreux sur l’environnement

Ils sont nombreux. Nous n'en avons pas forcément conscience. C'est normal, ils n'ont pas tous un impact direct sur nos modes de vie.

Sur la seule année 2016, plus de 100 milliards de vêtements ont été vendus. Si nous conservons une économie textile linéaire ce chiffre est voué à croître considérablement avec l’augmentation du pouvoir d’achat des pays du sud. En France, cela représente 9,5 kg de vêtements par habitant et par an. Nous consommons aujourd’hui 60% de vêtements supplémentaires qu’il y a 15 ans.

Parcourons rapidement la chaîne de fabrication d’un vêtement.

1-/ Production des matières premières

 

En 2017, 25 millions de tonnes de coton ont été produites. La production de coton a un impact considérable sur la planète, car elle consomme une grande quantité d'eau et de pesticide.

À titre d'exemple la fabrication d’1 tee-shirt nécessite environ 2700 litres d’eau.

2-/ Transformation des matières premières

 

En ce qui concerne l'étape de transformation de la fibre en fil, de nombreuses substances toxiques sont nécessaires, pour la teinture, le lavage, l’assouplissage. On y retrouve :

  • Chrome
  • Mercure
  • Plomb
  • Cuivre

3-/ Transport

 

Les vêtements que nous achetons neufs voyagent énormément. Un cheminement classique peut se figurer ainsi : le coton est produit en Ouzbékistan, filer en Inde, teint au Maroc et vendu en France.

Entre le champ et la boutique un vêtement peut parcourir jusqu’à 65000 kms soit plus d'1,5 fois le tour de la terre (Source ADEME).

4-/ Lavage

 

Un vêtement libère des microfibres en lien avec sa composition quand il passe à la machine, notamment les vêtements issus de fibres synthétiques. Chaque année c’est 500 000 tonnes de micro-plastiques qui finissent dans les océans.

Ces microfibres sont en partie ingérées par les poissons, qui les confondent avec leur nourriture, et ainsi, finissent souvent dans nos assiettes.

5-/ Recyclage

Les vêtements représentent près de 4 millions de tonnes de déchets par an. Seulement 20% des vêtements sont recyclés, en 2017 sur les 184 000 tonnes triées en France 2/3 ont été réutilisés, 1/3 recyclés pour produire des chiffons et des isolants.

Cependant 80% des textiles finissent dans des décharges ou sont incinérés. Le critère du recyclage est fondamental pour réduire l'impact environnemental de l'industrie textile, nous distinguons ainsi trois axes majeurs d'action :

  • Privilégier les habits de qualité pour pouvoir les réutiliser en seconde main
  • Développer les filières de recyclage textile telles que l'isolation des bâtiments
  • Prendre en compte la recyclabilité des textiles dès leurs fabrication. Encourager un textile naturel (coton bio + teinture naturelle) permet son compostage en fin de vie
©️Theplacetofrip – Tenue @Lee Berthy – Modèle @Sheena Mau – Photo @camillevino

©️Theplacetofrip – Tenue @Lee Berthy – Modèle @Sheena Mau – Photo @camillevino

La solution, c’est la mode d’occasion

La friperie a su dépoussiérer son image pour apparaître aujourd’hui comme la solution pour une mode durable. Cela est en grande partie dû à une tranche de consommateurs qui s’engagent, les 15-37 ans. Les jeunes, tout simplement. Trois raisons principales :

  1. Le style est original
  2. Occasion = éco-responsable
  3. Meilleur rapport qualité-prix

Attention, la mode d’occasion n’est pas uniquement représentée par les friperies. Pour faire simple nous avons deux grandes familles. Les acteurs physiques, dont font partie les friperies et les acteurs numériques, tels que Vinted.

 

Dans les acteurs physiques on trouve donc les friperies, mais aussi les dépôts-vente, ressourceries et les marchés aux puces.

 

Friperies, dépôts-vente et ressourceries ont le vent en poupe. Les chiffres le confirment, l’Institut Français de la Mode (IFM) prévoit que le marché de l’occasion dépassera celui du neuf d’ici à 2028. Ce même institut estime la valeur du marché de la mode d’occasion à plus d’1 milliard d’euros, et nous informe que 30% des français ont acheté un vêtement d’occasion en 2018.

 

Tournons-nous outre atlantique pour plus d’informations. Le marché de la mode d’occasion aux États-Unis croît de plus en plus chaque année, selon les analyses annuelles réalisées par ThredUp. Il passerait ainsi de $11 Milliards en 2012 à $51 en 2023

©️Theplacetofrip – Tenue @Lee Berthy – Modèle @Enzo Fabre – Photo @Camillevino

©️Theplacetofrip – Tenue @Lee Berthy – Modèle @Enzo Fabre – Photo @Camillevino

Des vêtements seconde main proches de chez vous

Vous êtes convaincus mais vous ne savez pas vraiment comment changer vos habitudes d’achat.

Les grandes enseignes textiles sont visibles et communiquent avec de vastes campagnes publicitaires alors que la seconde main est cachée et discrète.

Nous voulons désormais vous partager notre bon plan pour vous aider à créer votre style original, responsable et économique. Un projet s’est lancé dans l’objectif de référencer toutes les boutiques de vêtements d’occasion en France ! Il s’agit de la plateforme The Place To Frip.

Son but est simple, vous aider à trouver les vêtements d’occasions dont vous avez besoin.

C’est en encourageant l’achat de vêtements de seconde que l’on créera une économie circulaire pour l’industrie textile.

Si vous souhaitez soutenir ce projet :

 

Instagram @theplacetofrip

Facebook @theplacetofrip

 

Jules GUILLOT

The Place Frip

 

Un grand merci à Jules The Place Frip pour cet article très formateur. Je soutiens entièrement ce projet innovant et écologique. Un vrai engagement éthique et responsable.

 

A bientôt

 

Carpe Diem

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article