L’AVENIR DE L’INDUSTRIE DE LA MODE

Publié le par Christyn

L’AVENIR DE L’INDUSTRIE DE LA MODE

100 milliards de vêtements et d’accessoires sont vendus chaque année dans le monde ! Notre consommation a doublé en 15 ans et pourtant nous portons nos vêtements 2 fois moins longtemps… du moins lorsqu’ils ne restent pas neufs dans nos dressings - l’étiquette du magasin encore bien présente – victimes d’achats compulsifs inspirés par les diktats de la mode et ses nombreux influenceurs. Notre frénésie de consommation dans ce domaine ne cesse d’augmenter, il est plus que temps de changer notre façon de consommer.

 

L’industrie de la mode est une des plus polluantes au monde par l’utilisation de produits chimiques, souvent nocifs,  pour la fabrication des fibres synthétiques, le gaspillage des ressources lié à une surconsommation de vêtements et la pollution environnementale provoquée par les usines et générée par les émissions de C02 (soit environ 654 kg par habitant) lors du transport des marchandises via nos boutiques préférées.

L’AVENIR DE L’INDUSTRIE DE LA MODE

Une fois dans nos placards, l'entretien de nos vêtements, spécifiquement des fibres synthétiques, n’est pas en reste. A chaque lavage, les fibres synthétiques rejettent des microparticules de plastique, qui, trop fines pour être filtrées par les centrales d'épuration, sont évacuées dans les cours d'eau. Résultat : chaque année, 500 000 tonnes de microplastiques finissent leur course dans les océans, soit l'équivalent de 50 milliards de bouteilles en plastique. Ces fibres vont alimenter les fameux  "continents de déchets" qui se situe dans le Nord-Est du Pacifique entre la Californie et Hawaï, les déchets produits par les activités humaines et déversés dans les océans sont acheminés par les courants marins vers ces « continents » dont la taille atteint aujourd’hui presque 3,5 millions de km2.

 

L’industrie textile est une grosse consommatrice d’eau, notre bien le plus précieux sur cette planète. Particulièrement la culture du coton qui demande l’équivalent de 25 000 litres d’eau pour fabriquer 1 seul tee-shirt ! 2 milliards de jean, majoritairement fabriqués en coton, sont vendus chaque année, il n’est donc pas difficile de comprendre l’impact de cette culture sur l’environnement, d’autant qu’elle est très polluante car gourmande en pesticides et engrais chimiques.

 

Seulement 1% des textiles sont recyclés. Chaque seconde, l’équivalent d’un camion-poubelle est brûlé ou enfoui. Le constat est sans appel : L’industrie textile telle qu’elle existe aujourd’hui n’est plus acceptable. Elle est responsable de la pollution des océans par le déversement des produits chimiques dans les eaux, de substances toxiques dans les sols et de l’émission de plus d’un milliard de tonnes de gaz à effet de serre via le trafic aérien ou maritime.

Le logo de cet écolabel garantit que les produits fabriqués respectent des normes environnementales strictes (pollution limitée de l'eau et de l'air lors de la production, peu de réactions allergiques), sans sacrifier la qualité des vêtements (résistance des couleurs au lavage, au frottement et à la lumière, résistance au rétrécissement pendant le lavage et le séchage).

Le logo de cet écolabel garantit que les produits fabriqués respectent des normes environnementales strictes (pollution limitée de l'eau et de l'air lors de la production, peu de réactions allergiques), sans sacrifier la qualité des vêtements (résistance des couleurs au lavage, au frottement et à la lumière, résistance au rétrécissement pendant le lavage et le séchage).

Reconnaissables au label « Confiance textile », les produits certifiés Oeko-Tex ne présentent aucun danger pour la santé (pas de polluants dans des proportions nocives). L'association internationale Oeko-Tex qui regroupe 14 instituts de recherche et de contrôle textile est responsable des contrôles indépendants sur les matières nocives.

Reconnaissables au label « Confiance textile », les produits certifiés Oeko-Tex ne présentent aucun danger pour la santé (pas de polluants dans des proportions nocives). L'association internationale Oeko-Tex qui regroupe 14 instituts de recherche et de contrôle textile est responsable des contrôles indépendants sur les matières nocives.

Ces textiles respectent des normes strictes en matière d'environnement, de santé et de qualité : fibres végétales issues de l'agriculture biologique, interdiction/limitation de certaines substances dangereuses, limitation des rejets polluants dans l'eau, limitation des consommations en eau et en énergie.

Ces textiles respectent des normes strictes en matière d'environnement, de santé et de qualité : fibres végétales issues de l'agriculture biologique, interdiction/limitation de certaines substances dangereuses, limitation des rejets polluants dans l'eau, limitation des consommations en eau et en énergie.

Soyons Eco-responsables ! La fabrication de vêtements est énergivore. Le changement passe indubitablement par le consommateur : Une prise de conscience est désormais fondamentale pour changer des habitudes bien installées, souvent nourries par l’ignorance d’une situation alarmante pour notre environnement, il faut acheter mieux et moins.

 

Réparer ses vêtements plutôt que de les jeter, acheter de l'occasion plutôt que du neuf, recycler ce qui ne peut plus se porter et surtout éviter l'achat compulsif et irréfléchi... Les  solutions ne manquent pas pour enrayer ce gâchis et les pollutions induites.

 

Privilégions les fibres naturelles, beaucoup plus respectueuses de notre environnement. Allons vers une mode « éthique et bio » inspirée du commerce équitable.

 

La situation sanitaire que nous traversons fait bouger les consciences, elle nous a ouvert les yeux sur notre implication majeure quant au devenir de notre planète. Si nous voulons vivre mieux et en bonne santé, il en passe par la bonne santé de notre Terre mère.

L’AVENIR DE L’INDUSTRIE DE LA MODE

Savez-vous qu’en Ayurvéda, on considère que les fibres textiles artificielles ou synthétiques sur-stimulent le sens du toucher et génèrent des toxines sur la peau ? Comme pour les produits cosmétiques pour lesquels on privilégie les huiles naturelles, les vêtements que nous portons ont un impact sur notre organisme. Les microparticules des vêtements synthétiques se déposent sur l’ensemble du corps, peuvent provoquer allergies, démangeaisons, inflammations et autres échauffements… preuve en est que notre peau, qui est notre plus grand organe,  réagit à ce qu’on lui impose voire lui inflige.

 

Même dans le choix de vos vêtements, prenez-soin de vous.

 

A bientôt

 

Carpe Diem

Publié dans Trendy & Style, Lifestyle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article