PRENEZ SOIN DE VOUS AVEC L'ECHINACEE

Publié le par Christine

PRENEZ SOIN DE VOUS AVEC L'ECHINACEE

Aujourd’hui j’aimerais vous parler d’une plante extraordinaire, peu connue du grand public et pourtant d’une redoutable efficacité :  l’échinacée.

Originaire d’Amérique du Nord, l’échinacée a été utilisée pendant des siècles par les Amérindiens des Grandes Plaines et des montagnes rocheuses.

Les guérisseurs indigènes d’Amérique traitaient avec cette plante les infections respiratoires, les rhumes, la toux, les maux de tête, les rages de dents, mais aussi les plaies infectées, les brûlures et les morsures de serpent.

En Europe, il faut attendre 1938 pour qu’un médecin allemand du nom de Gerhard Madaus entreprenne la première série d’études scientifiques sur l’échinacée.

C’est donc en Allemagne que s’est fait le plus gros de la recherche sur cette plante américaine.

Et c’est grâce à Gerhard Madaus qu’on a démontré scientifiquement, pour la première fois, que l’échinacée renforçait le système immunitaire et combattait les infections.

À cette époque, l’échinacée devient tellement populaire en Allemagne que les approvisionnements en provenance des États-Unis vinrent à manquer. Madaus décida alors de l’implanter et de la cultiver à grande échelle sur notre continent.

Le premier remède commercialisé est cependant lancé par un Suisse, le naturopathe, herboriste et écrivain Alfred Vogel.

Dans les années 1950, celui-ci voyage aux États-Unis et se lie d’amitié avec le grand chef des Sioux, qui lui enseigne les vertus de l’échinacée.

Alfred Vogel met alors au point l’Echinaforce, un remède naturel très populaire en Suisse que vous connaissez peut-être, au moins de nom.

PRENEZ SOIN DE VOUS AVEC L'ECHINACEE

L’échinacée fait partie de la famille des Astéracées, tout comme les marguerites, ce qui explique sa forte ressemblance avec la fleur blanche et jaune de nos champs.

On en dénombre 11 espèces, dont seules trois sont inscrites à la pharmacopée française :

  • l’échinacée pourpre (Echinacea purpurea),
  • l’échinacée à feuilles étroites (Echinacea angustifolia),
  • l’échinacée pâle (Echinacea pallida).

La plus réputée est l’échinacée pourpre, cultivée notamment dans le centre de la France, dans le Val-de-Loire. Cette plante anti-infectieuse est aujourd’hui validée par la science et ses vertus sont désormais bien documentées dans la littérature scientifique :

  • Elle améliore le système immunitaire en activant les cellules de l’immunité.
  • Elle aide à traiter les symptômes des affections respiratoires bactériennes et virales.

Plus concrètement :

  • En prévention, l’échinacée réduit le nombre de rhumes de 58%, a démontré une étude de 2006.
  • En curatif, l’échinacée réduit la durée des symptômes grippaux (rhume, mal de gorge, maux de tête, faiblesse et frissons) de 1,4 jour en moyenne, ont conclu deux solides méta-analyses publiées la même année.

Prise en synergie avec d’autres plantes, l’efficacité de l’échinacée serait même démultipliée :

En combinaison avec le noyer des Indes et l’éleuthérocoque,

  • l’échinacée diminuerait fortement les symptômes de la toux et des infections respiratoires dès le 3e jour, a montré une étude clinique de 2015 incluant 177 patients contre placebo.
  • En combinaison avec la sauge, l’échinacée s’est montrée plus efficace qu’un médicament pour apaiser rapidement les maux de gorge aigus.

Planta Medica, une célèbre revue de médecine naturelle cite l’échinacée pour son potentiel bénéfique dans la lutte contre le Covid-19, grâce à ses alkylamides, des composés spécifiques à cette fleur, capables de moduler les récepteurs-clés de l’immunité.

Une autre étude de décembre 2021 a montré que les symptômes respiratoires des malades infectés par le Covid étaient « significativement plus faibles » chez ceux prenant régulièrement de l’Echinaforce.

Enfin la recherche a montré que l’échinacée possèderait des propriétés anxiolytiques, une caractéristique intéressante dans cette période anxiogène pour beaucoup d’entre nous.

 

PRENEZ SOIN DE VOUS AVEC L'ECHINACEE

Attention : N’en prenez jamais au-delà de 2 mois

L’échinacée soutient l’immunité, mais un phénomène de « saturation » immunitaire s’opère au-delà de 2 mois de prise.

L’idée est donc d’alterner l’échinacée avec d’autres produit phares de l’hiver, comme :

  • La vitamine D
  • La vitamine C et le zinc, qui peuvent être pris en alternance l’un et l’autre en cures de 2 mois.
  • Des probiotiques pour favoriser un bon microbiote intestinal. En effet, l’intestin constitue un berceau de l’immunité puisqu’il y résiderait 80% de nos capacités de défense

Comment prendre l’échinacée ?

L’échinacée existe sous 4 formes :

  • En tisane préventive : mettez 2 cuillères à café de racines d’échinacée dans 50 cl d’eau froide que vous faites bouillir pendant 5 minutes, puis laissez infuser pendant 10 minutes. Filtrez et buvez-en dans la journée, ceci en cure de 2 mois.
  • En gélules : prenez 500 mg le matin en prévention. Si vous êtes malade, prenez 500 mg matin, midi et soir le temps des symptômes.
  • En poudre : mettez une petite cuillère à café dans un jus, un smoothie ou une compote, une fois par jour.
  • En extrait liquide : c’est-à-dire sous forme de teinture-mère ou en extraits de plantes fraîches standardisées (EPS) : prenez l’équivalent d’une cuillère à café dans un verre d’eau le matin en prévention, et 3 fois par jour si vous êtes malade.

Sachez que les formes liquides ou les granules à laisser fondre sous la langue sont les plus efficaces, elles permettent une meilleure biodisponibilité des actifs de la plante.

.J’espère que ces conseils vous seront utiles pour renforcer efficacement votre système immunitaire.

Prenez soin de vous,

Carpe Diem

Avec Amour

Christine

Source référence : Rodolphe Bacquet​​​​​​​

Publié dans Good Health, Healthy body

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article